Culture

Sortie cinéma: « Noé », un film à voir au-delà de la polémique

noe filmChaque relecture d’une histoire biblique est une nouvelle occasion de voir les mêmes histoires et les mêmes vérités, mais sous un angle nouveau.

La superproduction Noé est sur les écrans français le 9 avril prochain, mais est déjà sorti aux Etats-Unis.

Un article du Wall Street Journal résume les réactions contrastées suscitées par ce film, qui serait déjà en tête du box-office nord-américain, « buzz » et polémique aidant.

La controverse sur le film enfle.

Les fondamentalistes chrétiens n’apprécient pas les  libertés que les cinéastes ont prises avec le texte sacré, tandis que d’autres critiques n’aiment pas le message écologiste et moralisateur du film.

Par ailleurs, ce nouveau « Noé » n’est pas du goût de plusieurs pays du monde arabe: « Trois pays arabes (les Emirats arabes unis, Bahreïn et le Qatar)  ont décidé d’interdire la projection du film » », explique L’Orient-Le Jour, avant d’ajouter que  trois autres pays voisinsle  Koweït, l’Egypte et la Jordanie – devaient leur emboîter le pas.

En cause, la représentation de Noé, prophète dans la religion musulmane. Cependant les studios américains avaient prévenu: le film est une interprétation d’un thème biblique majeur et non une adaptation scrupuleuse de la Bible.

Le père Dwight Longenecker  a commenté pour Aleteia la polémique à propos du film. « La scénariste catholique Barbara Nicolosi a qualifié tou cela de « bazar embarrassant », mais Steven Greydanus, critique de cinéma pour le National Catholic Register, aime le film.  « Noé est un don rare”, a écrit Greydanus, “un mélange de spectacle épique, de théâtre et de réinterprétation créative de l’Écriture et autres écrits juifs et rabbiniques anciens. Un film  dans lequel il y a beaucoup à voir, beaucoup à réfléchir et beaucoup à sentir ; un film sur lequel débattre et avec qui  débattre ».

Le commentaire complet de Steven Greydanus représente la  critique la plus approfondie  que nous ayons pu voir sur le film. Steven Greydanus est à la fois théologiquement bien informé et un observateur avisé des films et de l’industrie cinématographique en général. Le  Wall Street Journal  note que bon nombre de films bibliques sont en pré-production, de sorte qu’il sera intéressant de voir si Noé va couler ou surfer sur la vague de popularité du public.

On ne peut s’empêcher de s’interroger sur l’intérêt soudain d’Hollywood pour les grandes sagas de la Bible. Serait-ce que certains membres intelligents et créatifs de la communauté médiatique  réalisent enfin que la Bible contient quelques-uns des plus grands drames humains, les thèmes les plus profonds, et les aventures les plus passionnantes que le monde ait jamais connus?  Les histoires de la Bible ne sont pas seulement les histoires à la base de notre culture occidentale, mais aussi celles qui fondent notre condition humaine.

La religion est un grand roman. Autrement dit, une grande aventure, une quête. Depuis les débuts avec Noé, Abraham et les autres patriarches,  jusqu’à Jésus lui-même, aux apôtres et aux saints, l’humanité a été en quête de sens, a cherché la réalité, aspirant à une demeure éternelle. La religion est le moyen par lequel l’humanité se lance dans cette grande chasse au trésor, cette quête de sens. Une recherche qui interpelle et une montagne russe pleine de dangers.

Malheureusement, nous avons trop souvent utilisé la religion dans le but exactement opposé. Nous l’avons utilisée comme un moyen de nous remplir les poches, de renforcer notre sectarisme, fortifier nos défenses, et nous retirer dans un confort douillet. De là, nous regardons avec ignorance et arrogance nos ennemis présumés, les accusant quand quelque chose va de travers. C’est ainsi que nous utilisons la religion non pas comme une carte pour le grand voyage, mais comme une couverture de sécurité.

La religion est censée nous lancer dans le grand défi  de  devenir  pleinement vivants. Quand les cinéastes, les romanciers et les artistes retravaillent les vieilles histoires à la recherche de l’aventure que celles-ci renferment, ils nous aident à revivre ces histoires et nous rappellent que ce sont des exemples que chacun de nous peut envisager tandis que nous entamos nos combats personnels de la foi.

De ce qui a pu être lu jusqu’ici, le Noé d’Aronofsky est là justement pour ça. Dès le début, d’abord les juifs, puis les chrétiens ont raconté et re-raconté les grandes sagas de l’Écriture. Les représentations du Moyen Age ont reproposé ces histoires. Ce que font, de nos jours, les représentations et les romans. Même Hollywood peut se prévaloir d’une histoire remarquable de récits bibliques reproposées sur grand écran.

Chaque relecture d’une histoire est une nouvelle occasion de re-voir les mêmes histoires et la même vérité sous un angle nouveau. Même les versions burlesques, scandaleuses, inexactes ou irrespectueuses peuvent apporter quelque chose au tableau d’ensemble. Comme si les histoires de la Bible étaient trop grandes pour être jugées par les films qui les concernent ; en revanche, ce sont les films qui sont jugés par les grandes histoires. Un film sur les histoires sacrées réalisé avec une vision bornée, médiocre ou irrespectueuse montre au final des cinéastes  bornés, médiocres et irrespectueux.

Les grandes histoires des Ecritures sont au-dessus de toutes les inexactitudes et idioties de Hollywood. Des films comme Noé, par conséquent, ne peuvent causer guère de tort à la foi, et peuvent souvent faire beaucoup de bien.

Le dernier livre du Père Dwight Longenecker, The Romance of Religion, explore la valeur des histoires, mythes et légendes dans la vie de la foi. Pour visiter son blog, jeter un coup d’œil sur ses œuvres et se tenir au courant des nouveautés :   dwightlongenecker.com.

Article de l’édition étienne d’Aleteia traduit et complété par Elisabeth Lavigne

sources: Aleteia

Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

ISOLATION + CHAUFFAGE pour 1 euro. Nouveau dispositif 2020

Vérifiez votre éligibilité !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Rechercher sur le réseau

Votre aide est importante

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

L’allopathie est de plus en plus souvent inefficace préservant ses intérêts au détriment de la santé des patients.

Dès l’âge adulte, le corps sécrète de moins en moins de substances vitales (vitamines, enzymes, hormones) et a besoin d’un apport extérieur afin de se maintenir en bonne forme.

C’est ce que nous proposons sur notre site equilibre-et-vitalite.net , uniquement des produits exceptionnels d’efficacité.

Pages et Articles Phares