Scandales

Noirs et Juifs, une histoire falsifiée au service des gourous

dieudonne_5Des polémiques haineuses ont commencé à voir le jour, en Europe, à partir des années 2000 entre les Noirs et les Juifs ; Israël est un pays raciste, l’esclavagisme a été organisé en majorité par des Juifs d’où leurs immenses fortunes, etc…

« Quand des gens critiquent le sionisme, ils pensent Juifs » Martin Luther King

Tous les vieux préjugés antisémites travestis en guerre politique antisioniste ont ressurgi librement, dans la pensée, les paroles, les écrits, sur tous les médias et notamment dans le discours de certains Noirs.


Rallier les Noirs contre les Juifs dans une idéologie du mensonge antisémite est facile.

Ces discours erronés, clichés tirés directement du protocole des sages de Sion, histoire falsifiée, assurent leur succès parmi des jeunes à la recherche d’un modèle, d’une identification, une raison d’exister, mais, pas à côté de l’autre, à la place de l’autre. Ils attirent tout également des classes moyennes, paysannes, ouvrières qui souffrent économiquement mais tous incultes de l’Histoire dans leur grande majorité.

Leurs nouveaux héros profitent de leur inculture, de leur malaise social, pour occuper le devant d’une scène déclamant des scénarii haineux et surréalistes, pour les « racker » via des vidéos mises en ligne sur leur page de facebook, les dupant, en les faisant rire. Le rire au service de cette basse racaille richissime qui profite de ces mêmes classes défavorisées pour s’enrichir. Eux, antisystème ? Ces racailles ont inventé un genre nouveau du capitalisme ! La recherche du profit, l’accumulation du capital, mais non plus en exploitant une main-d’œuvre bon marché, en investissement dans des usines, leur nouvelle « exploitation de l’homme par l’homme »ne passe plus par la machination physique mais bien par une vile machination morale et intellectuelle, c’est le propre même des gourous !


Ces nouveaux héros, idoles, ne sont plus nos chansonniers d’antan qui nous faisaient rire et réfléchir, ces humoristes qui faisaient de l’humour en se servant de la politique, non eux, se servent de l’humour pour faire de la politique ! Ils sont tout simplement les plus virulents émeutiers racistes et antisémites que nous ne pensions plus rencontrer dans ce siècle qui parait cependant, si, si, avancé intellectuellement, tout simplement car ce marché se révèle juteux.

Et cependant, Noirs et Juifs voient leurs relations entrelacées tout au long de leurs histoires.

Dans la Bible, nous apprenons qu’à la destruction du Second Temple de Jérusalem, entrainant les déportations des Juifs, les dix tribus ont disparu. Le Talmud les retrouve, où ? En Afrique ! Et, effectivement, aujourd’hui, de nombreuses tribus africaines revendiquent leur judaïcité. On découvre, en lisant des écrits très anciens de voyageurs arabes que des Juifs ont vécu de tout temps en Afrique dans la paix et que les Juifs d’Afrique de l’Ouest étaient noirs.

Des chroniqueurs arabes tels Al Idrissi au XII e siècle, ou Ibu Khaldum au XIIIe siècle, racontent l’existence de communautés juives au cœur du Sahara. Jacob Oliel dans son très beau livre : «Juifs au Sahara, le Touat au Moyen-âge » raconte aussi l’histoire d’un royaume juif saharien décimé par une vague de fanatisme en 1492.

Bien avant le Christianisme et l’Islam, le Judaïsme était la plus grande religion monothéiste en Afrique et les Juifs donc vivaient en paix avec les Noirs.


Les Juifs Africains, « les falashas » sont présents en Ethiopie. En Afrique du Sud, les lambas, ou les ibos du Niger. Tous gardent de vieilles traditions quand ce n’est pas, au plus, la véritable pratique des lois juives. On ne peut pas, bien entendu, faire ce rapide tour d’horizon de présence ancestrale juive en Afrique sans évoquer l’histoire si romanesque du roi Salomon et de la reine de Saba dont la rencontre amoureuse aurait donné naissance à la dynastie de Negus.

Les Noirs d’Afrique ou d’Amérique du sud ont trouvé dans l’histoire juive non seulement une relation identitaire, avec la libération de l’esclavage, le retour des Juifs sur leur terre ancestrale, la déportation analogue à leur propre souffrance, -Léopold Senghor inclut ainsi dans sa fameuse trilogie des peuples souffrants parmi les Berbères et les Négro-africains, le peuple d’Israël- mais aussi, une source d’inspiration et de rêves.

La création de l’Etat d’Israël a été un modèle pour de nombreux Africains qui voulaient s’affranchir de la colonisation européenne. Le Livre de Menahem Begin était le livre de chevet Mandela en prison.

Dès les premières années du jeune Etat, de nombreux traités économiques, agricoles, développements technologiques, high tech, etc… ont été signés avec l’Afrique. Aujourd’hui encore, Israël est l’un des premiers états à avoir établi des relations diplomatiques avec le jeune état du Soudan du Sud.

Quant à l’écrivaine Calixie Belaya, une auteure camerounaise de déclarer « C’est la cause antisioniste qui n’a rien à voir avec le monde noir qui tente de se servir d’une minorité d’Afro-français pour qu’elle soit partie prenante des problèmes du Moyen- orient. Sur le plan stratégique et politique, elle a eu grand intérêt à récupérer ces voix, la souffrance des noirs a été instrumentalisée et on veut nous prendre en otage dans une histoire qui ne nous appartient pas ».

Les référents du monde noir francophone sont Aimé Césaire et Léopold Senghor qui n’ont eu de cesse cependant de dire que les Juifs ont toujours été les alliés des Noirs contre l’esclavagisme et le colonialisme.

Et pour preuve, le Code Noir,  ensemble de textes juridiques réglant la vie des esclaves noirs dans les îles françaises, ordonné par Louis XIV, au milieu du XVIIIe siècle.

Le premier article stipule bien que les marchands juifs ne participaient pas à la traite atlantique, d’ailleurs, ils étaient exclus des îles :

« Enjoignons à tous nos officiers de chasser hors de nos îles tous les Juifs qui y ont établi leur résidence, auxquels, comme ennemis déclarés du nom chrétien, nous commandons d’en sortir dans trois mois, à compter du jour de la publication des présentes, à peine de confiscation de corps et de biens ».

Le conflit israélo-arabe sert les intérêts de l’antisémitisme récurrent travesti en guerre politique sous le nom d’antisionisme et il sert aujourd’hui des gourous, blancs ou noirs, manipulant l’esprit de très nombreuses personnes, notamment en France, dans le seul but d’exister, de se prouver comme Alain Soral ou s’enrichir comme Dieudonné.


Maryline Medioni – © Le Monde Juif .info

© Photos : DR

http://www.lemondejuif.info/

Print Friendly, PDF & Email

Articles similaires

PRENEZ VOTRE SANTE EN MAIN ET ADOPTEZ DES PRODUITS NATURELS EFFICACES

Dès l’âge adulte, le corps sécrète de moins en moins de substances vitales (vitamines, enzymes, hormones) et a besoin d’un apport extérieur afin de se maintenir en bonne forme.

S’attaquer à la cause du mal et non à son symptôme, c’est ce que nous proposons sur notre site equilibre-et-vitalite.net - Uniquement des produits exceptionnels d’efficacité.

Achetez vos livres via ce site

Pages et Articles Phares

ISOLATION + CHAUFFAGE pour 1 euro. Nouveau dispositif 2020

Vérifiez votre éligibilité !

Rechercher sur le réseau