Futuro-Scoop

L’imprimante 3D qui fait des tatouages

Baptisée «le tatoué», l’imprimante à tatouages a été mise au point par trois étudiants français.

À l’heure où l’impression 3D ouvre d’importantes perspectives dans le champ médical, Piotre Widelk, Pierre Emm et Johan Da Silveira, trois étudiants de l’Ecole nationale supérieure de création industrielle (ENSCI) à Paris, lui ont trouvé une autre application: l’impression mécanique de tatouages sur la peau humaine.

tatouageLe «tatoué», comme ses concepteurs l’ont baptisé, ne produit pas de tatouage en relief, mais il assure des réalisations précises et originales, sans fatigue.

Le mécanisme est composé d’une aiguille se déplaçant le long d’un axe horizontal, qui pique la peau à intervalles réguliers, comme un tatoueur. Un logiciel de modélisation 3D permet de visualiser le tatouage sur un écran avant de lancer son impression sur la peau.

Petite particularité du logiciel: il est capable de lire les fichiers visuels tout comme les fichiers sonores. «Il est donc possible de se faire tatouer une image ou de reproduire les ondes d’un rythme musical sur son bras», précise Pierre.

Le projet est né en octobre 2013.

«Les imprimantes 3D nourrissent l’imagination et nous nous intéressons beaucoup tous les trois aux univers graphiques: l’idée de ce projet d’étude s’est donc imposée d’elle-même», explique Pierre.

À la question de savoir si le «tatoué» mettra en péril le travail des professionnels, l’étudiant réplique:

«Au contraire, ils pourront déléguer des tâches pénibles comme la répétition d’un motif sur une très longue période, ou la grande précision d’un dessin manuellement compliqué à réaliser, explique-t-il. Nous admirons le travail des tatoueurs, et avec cette machine, nous espérons leur permettre de passer moins de temps à penser à l’aspect technique pour pouvoir exprimer leur art en proposant de nouveaux motifs».

Succès international

Présentée à la galerie Nikki Diana Marquardt en octobre à Paris à l’occasion de l’Autodesk gallery (un salon organisé par le leader mondial de logiciels de conception 3D du même nom), le «tatoué» connaît un succès auprès des entrepreneurs français. Mais c’est à l’international que l’innovation compte le plus d’adeptes: le trio d’étudiants a participé à plusieurs salons dans le monde, de Saint-Pétersbourg à Rome.

Malgré tout l’engouement que suscite la machine à tatouer, la commercialisation n’est pas prévue pour tout de suite.

Les concepteurs veulent d’abord développer au maximum l’imprimante pour l’adapter aux besoins des tatoueurs.

Ils ont néanmoins déjà déposé un brevet pour leur invention et souhaiteraient «laisser des machines tests chez différents tatoueurs à travers le monde», avant de démarrer leur start-up et de «s’inscrire dans l’histoire du tatouage», conclut Pierre

EN SAVOIR PLUS:

Le tatouage

http://sante.lefigaro.fr
 
Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source: http://elishean.fr/aufeminin

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2014/ Elishean au Féminin



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

ISOLATION + CHAUFFAGE pour 1 euro. Nouveau dispositif 2020

Vérifiez votre éligibilité !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Rechercher sur le réseau

Votre aide est importante

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

L’allopathie est de plus en plus souvent inefficace préservant ses intérêts au détriment de la santé des patients.

Dès l’âge adulte, le corps sécrète de moins en moins de substances vitales (vitamines, enzymes, hormones) et a besoin d’un apport extérieur afin de se maintenir en bonne forme.

C’est ce que nous proposons sur notre site equilibre-et-vitalite.net , uniquement des produits exceptionnels d’efficacité.

Pages et Articles Phares