Animaux

Le reptile peut-il être un bon animal de compagnie?

IguaneDe plus en plus d’amateurs d’animaux de compagnie jettent leur dévolu sur les animaux exotiques, particulièrement sur les reptiles.

En effet, dans plusieurs foyers du Québec, les tortues, lézards et serpents ont pris la place des traditionnels chiens et chats. Les raisons motivant ces choix sont multiples et varient d’un individu à l’autre. Les yuppies menant une vie très active n’ont souvent pas suffisamment de temps à consacrer à un chien, un chat ou un oiseau.

Le serpent n’en voudra pas à son maître d’avoir travaillé des heures supplémentaires… La tortue aquatique ne mordillera pas le mobilier de la salle à manger parce que sa maîtresse n’a pu lui fournir toute l’attention voulue pendant une certaine période de sa vie. Un espace restreint complique souvent la garde d’un mammifère ou même d’un d’oiseau. Plusieurs étudiants vivant en chambre, ont pour compagnon d’étude des petits reptiles qui ne risquent pas de déranger la quiétude de leur entourage immédiat. Les reptiles font aussi le bonheur des personnes qui souffrent d’allergies. En effet, ils n’ont ni poils ni plumes.

Tout compte fait, le reptile peut-il être un bon animal de compagnie? Pour bien répondre à cette question, il est important de bien connaître la différence entre les animaux de compagnie domestiques (chiens et chats) et les reptiles.

Les soins requis pour conserver un reptile en santé sont, en général, plus contraignants que pour un chien ou un chat. Il est plus facile et plus économique d’ouvrir une boîte de pâtée pré-préparée à Félix le chat que de donner des grillons vivants à son lézard ou des rats blancs à son boa constricteur. Les conditions de captivité des reptiles sont aussi beaucoup plus difficiles à recréer. Ce n’est pas dans tous les appartements que la température ambiante varie autour de 30 degrés Celcius avec un taux d’humidité de 60 % (conditions requises pour les reptiles tropicaux).

Un reptile ne s’apprivoise pas comme un chien. Il peut s’habituer à notre présence et aux manipulations, mais il restera toujours plus indépendant qu’un mammifère ou que certains oiseaux.

Avec de la patience, on peut parfois modifier son caractère, afin qu’il soit plus sociable et agréable à garder. Il peut s’attacher (pour ne pas dire s’enrouler!) à son maître. Beaucoup de lézards et de tortues adorent se faire gratter. Plusieurs reptiles recherchent la chaleur; par conséquent, bon nombre aiment se faire prendre. Beaucoup sont relativement faciles à garder pourvu qu’on leur fournisse un bon environnement et une alimentation adéquate. Certains spécimens, particulièrement ceux capturés dans leur environnement, s’adaptent très mal à la captivité.

Avant de faire l’acquisition d’un reptile, on devra sérieusement prendre en considération plusieurs facteurs, dont les suivants :

  1. La taille
    La grande majorité des reptiles vendus dans les animaleries sont juvéniles. La fameuse petite tortue verte (tortue à oreilles rouges) mesure près de 30 cm à l’âge adulte ! Les petits iguanes verts de 20 cm atteindront à maturité près de deux mètres.
  2. Le type d’alimentation
    La grande majorité des serpents ne mangent que des proies entières? Coeurs tendres, s’abstenir. Beaucoup de lézards sont insectivores.
  3. Le comportement
    Plusieurs reptiles ont un caractère agressif, ce qui les rend moins intéressants à garder. Le meilleur exemple est celui des crocodiliens, qui ne devraient jamais être gardés en captivité (d’ailleurs, la loi québécoise interdit la garde en captivité des crocodiliens, des reptiles venimeux et des tortues marines).
  4. Entretien requis et conditions de captivité
    Plusieurs croient que les reptiles ne nécessitent aucun entretien. Ceci est totalement faux. En général, les reptiles aquatiques nécessitent plus de soins que les reptiles terrestres. Certaines conditions de captivité sont difficiles à recréer et nécessitent des déboursés substantiels. Exemple: espèces désertiques 40 degrés C, moins de 20 % d’humidité, espèces tropicales 30 degrés C, plus de 60 % d’humidité.
  5. Reptiles en voie d’extinction
    Aucun reptile en voie d’extinction ne devrait être acheté, cela ne peut que favoriser le marché noir et la disparition de ces espèces. L’on devrait toujours favoriser les espèces issues d’élevages. Le reptile peut faire un bon animal de compagnie, mais, avant d’en faire l’acquisition, l’on doit savoir à quel type d’animal on a affaire: taille à l’âge adulte, conditions de captivité et soins nécessaires ainsi que son comportement. Évitez les spécimens de grandes tailles et ceux aux comportements difficiles. http://www.omvq.qc.ca

– Dr Jean Gauvin, m.v.

http://www.omvq.qc.ca

Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

ISOLATION + CHAUFFAGE pour 1 euro. Nouveau dispositif 2020

Vérifiez votre éligibilité !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Rechercher sur le réseau

Votre aide est importante

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

L’allopathie est de plus en plus souvent inefficace préservant ses intérêts au détriment de la santé des patients.

Dès l’âge adulte, le corps sécrète de moins en moins de substances vitales (vitamines, enzymes, hormones) et a besoin d’un apport extérieur afin de se maintenir en bonne forme.

C’est ce que nous proposons sur notre site equilibre-et-vitalite.net , uniquement des produits exceptionnels d’efficacité.

Pages et Articles Phares