Contre-enquêtes

L’antisémitisme de Dieudonné…et celui de tous les autres

dieudonnépar Victor Perez

Si Dieudonné est actuellement à la Une de tous les médias mais aussi de l’agenda du gouvernement français c’est pour la simple raison qu’il personnifie dorénavant le fléau de l’antisémitisme.

Il devient en effet très difficile d’ignorer et de cacher que son ‘’humour’’ est des plus hostile envers l’unique peuple juif. Les ‘’bonnes consciences’’ se dépêchent donc de le montrer du doigt aux fins uniques de détourner le regard du public de leurs propres turpitudes.

En effet, peu de médias, de politiques, d’intellectuels et d’Ongs peuvent se targuer d’avoir prévenu que l’antisionisme est le paravent de l’antisémitisme, lequel, chacun s’en souvient, a toujours mené à des atrocités envers le Juif.

Ces derniers ont, au contraire, participé à ce qu’est devenue la France et au-delà l’Europe. Un remake de l’esprit qui prévalait dans les années trente du siècle passé.

Je vous invite à lire ou relire quelques textes écris il y a quelque années, dénonçant cette connivence avec Dieudonné.

Nul ne peut dire qu’il ne savait pas !

Qu’est-ce un antisioniste ?

Combattre le Sionisme est devenu, pour certains de plus en plus nombreux, une raison de vivre. Tout antisioniste se revendiquant publiquement de ce combat se drapera, pour se justifier, des vertus des droits de l’homme. Il vous exposera, au fil du temps, qu’il n’a rien contre les Juifs mais est contre la politique du gouvernement israélien qui perpétue « l’occupation des territoires palestiniens », « sa colonisation » ainsi que la « répression des autochtones ».

On peut en déduire, en conséquence, qu’être antisioniste de nos jours c’est être, sans conteste, contre le gouvernement d’Ehud Olmert qui n’a pas hésité à déclencher des représailles contre les ‘’résistants’’ palestiniens, a développé les ‘’colonies’’ et a poursuivi ‘’l’occupation’’ des territoires. Sans pour autant cesser de rechercher, vainement, un accord de paix avec l’autorité palestinienne.

L’antisioniste était donc aussi, il y a quelques années, contre les gouvernements successifs d’Ariel Sharon qui n’a pas hésité, lui non plus, à guerroyer contre les ennemis de son pays jusqu’à la victoire, a étendu les ‘’colonies’’ et poursuivi ‘’l’occupation’’. Tout en décidant un retrait unilatéral de la bande de Gaza espérant un début de solution au conflit mais récoltant, en lieu et place, une base arrière des ennemis les plus acharnés de l’état juif.

L’antisionisme, c’était encore en remontant le temps une ‘’doctrine’’ justifiant l’opposition au gouvernement d’Ehud Barak qui persista, lui aussi, dans les représailles, ‘’l’occupation’’ et l’extension des ‘’colonies’’. Mais qui cependant, parallèlement, ordonna le retrait du Liban et discuta, lui aussi en vain, à Camp David avec Yasser Arafat d’une paix juste et durable pour la région.

Être antisioniste, c’était tout pareillement combattre le gouvernement de Benyamin Netanyahou qui ne fit rien contre ‘’l’occupation’’, les ‘’colonies’’, augmenta les représailles contre les bombes humaines et leurs commanditaires mais ordonna après un accord le retrait de la ville de Hébron.

Être antisioniste enfin, c’était encore et toujours être contre le gouvernement d’Itzhak Rabin (z’’l), autant ‘’colon qu’assassin’’ que ses successeurs, de surcroît chef d’état-major de TSAHAL lors de la guerre des six jours qui vit Israël s’étendre au-delà de ses frontières et néanmoins prix Nobel de la paix pour avoir signé les accords d’Oslo devant permettre à terme l’entente pacifique entre les belligérants.

Bref ! L’antisionisme c’est de tout temps, comme on le voit ici, être systématiquement contre les gouvernements israéliens, qu’ils soient de droite, du centre ou de gauche, quelles que soient leurs politiques de main tendue vers la paix.

Mais c’est aussi une opposition à toute personne -quel que soit son rang ou sa place dans la société- revendiquant son appartenance au Judaïsme et/ou à Israël et/ou au Sionisme.

On peut donc sans crainte affirmer que l’antisionisme est le paravent de l’antisémitisme et qualifier TOUT antisioniste d’ANTISEMITE.

Déjà, en Août 1967, le Dr Martin Luther King écrivait :

« L’antisémitisme, la haine envers le peuple juif, a été et reste une tache sur l’âme de l’humanité. (…) antisioniste signifie de manière inhérente antisémite, et il en sera toujours ainsi ».

A cette période, 1967, il n’y avait pas de ‘’colonies’’, ni de représailles, mais déjà des antisionistes

. Ils étaient probablement, alors, contre le développement des colonies israéliennes, contre la dictature démocratique exercée à l’encontre des arabes locaux et, surtout, contre l’occupation par les Juifs d’une petite partie de leur terre ancestrale.

Faut-il interdire Dieudonné ?

Ces derniers jours, le sujet vedette n’est autre que la décision de Dieudonné de présenter des listes à sa couleur aux élections européennes du mois de juin 2009.

Une couleur nauséeuse qui ne propose aucun programme politique hormis celui de « débarrasser la France du Sionisme ». Des listes antisionistes, qui auront comme autres parrains Alain Soral (ex-front National) et Yahia Gouasmi musulman chiite aux ordres de l’Iran, que Claude Guéant, secrétaire général de l’Elysée, désire interdire si la loi actuelle l’autorise.

Coup de pub ou opération politique de l’UMP !? Il n’empêche que la question d’interdiction qui taraude le microcosme politique est de taille.

Pour Claude Guéant, il est impensable que l’on puisse « se présenter aux élections avec un programme ouvertement antisémite (…) Dieudonné est antisémite tout le temps, c’est absolument odieux ».

Pour Frédéric Lefebvre, porte-parole de l’UMP :

« Quand des gens portent le message de la haine, du racisme, et de l’antisémitisme et qu’ils en font le seul point de leur programme, on ne peut pas rester sans réagir ».

Laurent Fabius, ancien Premier ministre socialiste s’est dit « évidemment révulsé » par « les thèses pas acceptables » de Dieudonné.

A la lecture de ces quelques réactions, il est une évidence qui s’impose.

L’antisionisme est dans l’esprit majoritaire des hommes politiques français, mais pas seulement, le paravent de l’antisémitisme. Il est donc une question qui vient naturellement sur les lèvres de tout quidam un tantinet réfléchi. Pourquoi en est on arrivé à cette situation ? Qu’est-ce qui a autorisé la création publique d’un parti antisioniste puis le désir de le soumettre au suffrage des électeurs aux élections européennes ?

On ne peut douter que les raisons principales ne sont autres que les effets de la politique arabe de la France initiée par le Général de Gaule par le besoin de pétrole et des pétrodollars. Mais pas seulement. Cette situation est due également aux lâchetés successives des hommes politiques face aux réactions prévisibles des territoires perdus de la république.

Ainsi, tel parti, charge le Sionisme de ‘’colonialisme’’. Tel autre envoie son porte-parole porter la bonne parole aux Israéliens dénonçant « la politique criminel de leur pays » ainsi qu’aux habitants de la bande de Gaza.

Tel Président parle de « réaction disproportionnée ». Tel media publie un reportage accusant Israël d’avoir commis un « massacre de ‘’Palestiniens’’ » à Djénine ou ailleurs et minimise la publication des démentis.

Tel autre désigne le Ministre des Affaires étrangères nouvellement nommé « d’ultranationaliste » quand ce n’est pas de «controversé, sulfureux ou d’’extrême droite» sans pour autant permettre la lecture réelle de son programme politique. Tel intellectuel parle du « plaisir d’humilier les palestiniens ». Telle Ong appelle au boycott économique, universitaire ou diplomatique. Etc.….

Toutes ces postures, ces critiques systématiques, peu représentatives du répertoire varié qui achalande le ressentiment et qui n’ont jamais subi le moindre rappel à l’ordre, ont chargé la mule du Sionisme à faire haïr le Juif par le plus paisible des citoyens.

Un Sionisme qui n’est rien de plus que le vœu le plus cher du peuple juif de vivre sur la terre ancestrale afin de se doter d’un refuge et qui a vu, plus d’une fois, une multitude haineuse défiler librement dans les rues de France en criant « Mort aux Juifs », « Mort à Israël » et brûlant sans encombre policière ou juridique le drapeau de cette démocratie qui fait envie.

Dieudonné, bien qu’ayant plus d’une part dans cette animosité, ne fait que surfer sur cette vague qui porte. Mais la responsabilité première est à attribuer aux politiques de droite comme de gauche -sans oublier les extrêmes-, aux intellectuels qui ont démissionné et aux médias qui spéculent sur la vente de leur papier et/ou leur idéologie au détriment des valeurs universelles mais aussi de la raison.

Si l’image de marque d’Israël et du peuple juif en pâtit sûrement, il est patent que l’odeur nauséeuse qui parfume actuellement la France, mais aussi l’Europe, n’est que la partie visible de l’iceberg. C’est donc lorsque cette portion invisible émergera des profondeurs que l’occident aura à se méfier du retour de bâton. Car la haine qu’elle contient se retournera contre l’occident faute de pouvoir atteindre les Sionistes Israéliens et ses soutiens juifs qui sauront où immigrer.

Le Pen et les autres

Dans un entretien accordé la semaine dernière à l’hebdomadaire d’extrême droite Rivarol, le président du FN Jean Marie Le Pen a su, à quelques jours du 60éme anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz, se rappeler au mauvais souvenir de tous les démocrates :

«l’occupation allemande n’a pas été aussi inhumaine (…). Si les Allemands avaient multiplié les exécutions massives dans tous les coins, comme l’affirme la vulgate, il n’y aurait pas eu besoin de camps de concentration pour les déportés politiques » ( sic).

Ou encore sur le massacre de 642 civils ( dont 245 femmes et 207 enfants ) à Oradour-sur-Glane le 10 juin 1944 :

« Sur ce drame, il y aurait beaucoup à dire », laissant entendre, selon une thèse bien connue, que des résistants y seraient pour quelque chose (re sic).

Bref ! Rien de très ragoûtant, mais confirmant qu’une bonne partie de l’électorat français est à cette triste image.

Et bien évidemment, les éternels chantres du politiquement correct ont poussé, aussitôt, des cris d’orfraies.

– Le ministre de la Justice Dominique Perben s’est déclaré « indigné », et a saisi le parquet de Paris :

« Je suis frappé par l’offense que M. Le Pen porte ainsi aux victimes, à leurs familles, aux anciens combattants, aux déportés, à tous ceux qui ont souffert dans cette période noire de notre histoire » ;

– le MRAP, quant à lui, a annoncé également le dépôt d’une plainte ;

– le ministre de la Santé Philippe Douste-Blazy s’est déclaré « scandalisé » ;

– le premier secrétaire du PS François Hollande a dénoncé des propos « révisionnistes »;

– et Marie-George Buffet, secrétaire nationale du PCF a dénoncé des « propos particulièrement choquants et intolérables » et estimé que « l’Etat se doit de réagir ».

En revanche, l’avocat de Jean Marie Le Pen, Wallerand de Saint-Just, a estimé que son client n’avait « commis aucune infraction » et « utilisé sa liberté d’expression » ( re re sic ).

Et nous autres, pauvres dindons de cette farce, assistons à une énième édition d’un sempiternel combat politique malmenant nos valeurs démocratiques. Sauf à acquiescer d’office pour l’un de ces deux camps, ne faut il pas plutôt s’interroger sur cette levée systématique de boucliers contre cette extrême droite fétide, alors que certains -et non des moins connus- se taisent, se font complices ou propagent, tranquillement, des thèses et des doctrines qui n’ont rien à lui envier ?

La seule question qui vaille d’être poser est celle de savoir si Jean Marie Le Pen s’est démarqué de l’atmosphère nauséeuse qui prévaut actuellement en France ? La réponse risque de surprendre les candides.

Robert Ménard a t-il agi différemment -au nom de Reporters Sans Frontières et de la liberté d’expression- en acceptant de cautionner la télévision Al-Manar par sa visite à Beyrouth et pour une rencontre de solidarité avec cette chaîne dont la propagande antisémite n’est pas moindre que ne fut celle des nazis ?

Jacques Chirac, Président de la République, devait il s’asseoir et discourir -lors de la Francophonie au Liban- au côté du chef du Hezbollah ? Groupe terroriste dont les ‘’activistes’’ honorent leurs supérieurs hiérarchiques par le salut nazi et n’étant pas inscrit sur la liste noire de l’Europe grâce à l’œil vigilant de celui qui parlât, un temps, de « l’odeur des immigrés ».

Dieudonné, humoriste chouchou des extrêmes, s’est il comporté autrement lors de ses différentes agressions verbales envers le peuple juif ou Israël ? De l’accusation de la main juive sur les médias nationaux, au commerce rentable des esclaves noirs en passant par l’imputation -faussement naïve- d’une contamination par le SIDA du continent africain ; le tout « en se torchant le cul avec le drapeau israélien » !!!

En Bref, Jean Marie Le Pen a t-il ‘’démérité’’ quelque peu de ces actes et paroles si peu exhaustifs et, pourtant, ne faisant pas de vagues médiatiques ? Non ! il nage, à l’instar de beaucoup d’autres, en ces eaux troubles comme un poisson expert connaissant parfaitement les méandres de cet océan de puanteur. Et une condamnation de quelques milliers d’euros d’amende ne le ruineront pas.

Accepter, en conséquence, de joindre notre dégoût à celui exprimé à son encontre par ces ‘’caciques’’ du système c’est avaliser les coups meurtriers portés contre notre démocratie et ses valeurs.

S’y refuser et l’étendre à l’encontre du système complet c’est la sauvegarder.

Antisémitisme et antisionisme

Le dessinateur du magazine satirique Charlie-Hebdo, Siné, est il antisémite ? C’est le sujet qui a préoccupé récemment le microcosme ‘’intellectuel’’ français depuis que ce dernier a associé dans une satire Jean Sarkozy -fils du Président-, le Judaïsme et l’argent.

L’on sait, depuis des temps immémoriaux que le Juif est forcément riche, qu’un riche ne peut être honnête et par conséquence que le Juif est malhonnête. Ces poncifs, pour être anciens, n’en sont pas moins fétides qu’insinuer d’autorité que le travail arabe est de médiocre qualité et que l’individu noir est malodorant.

Pourtant, il s’est trouvé des ‘’intellectuels’’ de renom pour signer une pétition en faveur du caricaturiste se réclamant publiquement de l’antisionisme. (Une ‘’qualité’’ qui refuse aux seuls juifs le droit, attribué à tout autre peuple reconnu, de s’autodéterminer librement sur la terre de leurs ancêtres). C’était donc à se demander combien de temps fallait-il attendre avant de confirmer l’antisémitisme de Siné et, par rebond, la médiocrité de ses soutiens.

Pas longtemps car c’est chose faite depuis que des tags « Sarkozy, juifs voleurs » ont apparu sur les murs de la ville de Neuilly sur seine. La responsabilité du lien entre les « Juifs », « voleurs » et « Jean Sarkozy » ne peut être attribuée qu’aux délires de celui que Philipe Val, responsable de publication de Charlie-Hebdo, a licencié faute d’excuses publiques.

Et si l’individu arrêté, auteur des tags, sera condamné, il est évident -au nom de la logique et de l’égalité des citoyens face à la loi- que Siné se doit être jugé pour incitation à la haine raciale. Quant à ses soutiens…une liste de la honte serait la bienvenue.

Autre réflexion ! Celle-ci sur la nouvelle guerre en Géorgie.

Les médias nous annoncent un nombre de tués, en deux jours, de près de 2.000 civils. Ce qui relativise évidemment l’avenir de l’individu dans certaines régions du globe et les effets du droit international !!! A contrario, il est bon de se souvenir que le conflit proche-oriental a été la source de près de 5.000 tués en près de huit années. Décompte effectué par l’Agence Française de Presse, peu susceptible d’être ‘’accusée’’ de sionisme. Un nombre comprenant les bombes humaines et terroristes ‘’palestiniens’’, les soldats israéliens et les civils des deux belligérants. Une quantité de tués dont se servent comme arme usuellement tous les ‘’droits de l’hommisme’’ que compte le clan des antisionistes.

On peut donc conclure, si l’on n’était pas écœuré de ce deux poids deux mesures appliqué à la seule démocratie du Proche-Orient, qu’il vaut mieux avoir face à soi l’armée israélienne dotée d’une éthique que plutôt l’armée russe, l’armée géorgienne, voire l’armée française accusée récemment de complicité dans le génocide rwandais en 1994.

L’année 2014 sonnera-t-elle enfin le tocsin ? Peu y croiront.
Malgré tout, Bonne année civile 2014.

http://victor-perez.blogspot.co.il/

Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

ISOLATION + CHAUFFAGE pour 1 euro. Nouveau dispositif 2020

Vérifiez votre éligibilité !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Rechercher sur le réseau

Votre aide est importante

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

L’allopathie est de plus en plus souvent inefficace préservant ses intérêts au détriment de la santé des patients.

Dès l’âge adulte, le corps sécrète de moins en moins de substances vitales (vitamines, enzymes, hormones) et a besoin d’un apport extérieur afin de se maintenir en bonne forme.

C’est ce que nous proposons sur notre site equilibre-et-vitalite.net , uniquement des produits exceptionnels d’efficacité.

Pages et Articles Phares