Scandales

En Arctique, la fonte des glaces relâche des pesticides!!!

blue-ice-glacier

Nous venons de lire dans l’article précédent , comment certains OGM se cachent sous une fausse identité et sont commercialisés sous le nom de VTH ….

je cite la remarque pertinente de Yves Dessaux:

« Ces VTH, pulvérisées de désherbant, contiendront forcément des résidus d’herbicides, malgré la réglementation mise en place qui vise à diminuer au maximum l’accumulation dans la plante. Mais dans quelle proportion ? Et avec quels effets sur la santé ? »

Mais alors pourquoi modifier génétiquement une plante si c’est pour continuer à l’arroser de pesticides ou d’herbicides…???

Qui a un intérêt à détruire la vie sur cette planète…???

Les « polluants organiques persistants » sont des molécules nocives qui se cachent partout. Même dans les glaces de l’Arctique. Quand elles fondent, à cause du réchauffement climatique, ces molécules reviennent dans l’atmosphère.

Les « POP » – pour « Polluants Organiques Persistants – sont des bombes à retardement. Issues de pesticides ou de l’industrie chimique, ces molécules sont nocives pour les êtres vivants et résistent avec force au temps. Elles se dégradent donc très lentement et ainsi, s’accumulent. Dans l’air, mais aussi dans les tissus. On les retrouve donc à chaque étape de la chaîne alimentaire et également dans nos assiettes. Et comme elles ont aussi la capacité de se disperser à des distances très importantes, elles s’accumulent loin des Hommes, nous laissant croire qu’on s’en est débarrassé.

Doux rêve ! Une équipe de chercheurs canadiens et chinois nous explique que les POP se sont cachés dans les glaces de l’Arctique où les faibles températures facilitent leur déposition. Mais avec la fonte de la glace due au réchauffement climatique, ils sont en train de refaire surface. Ce phénomène n’est pas une première. En 2009, on avait observé un relargage récent de « POP » dans le lac suisse d’Oberaar suite au recul des glaciers en amont.

21 « POP » recensés par l’ONU

Ces POP avaient été au cœur de la convention de Stockholm en 2001, et en 2004 la législation avait été mise en vigueur. Le but était de réduire voire arrêter la production de ces molécules ou en tout cas, d’en contrôler les rejets. Tâche difficile quand on sait que l’un des douze POP recensés par l’ONU est le DDT, un insecticide abondamment utilisé dans la lutte contre le paludisme.

Onze autres molécules accompagnent donc le DDT (ou dichlorodiphényltrichloroéthane) sur la liste noire de l’ONU parmi lesquelles le PCB et le chlordane, auxquelles sont venues s’ajouter neuf autres, suite à la conférence de Genève en mai 2009.

L’équipe de chercheurs emmenée par Jianmin Ma s’est intéressée aux concentrations de ces substances dans l’air, de 1993 à 2009, au niveau de deux stations situées sur l’île norvégienne du Spitzberg et à l’extrême nord du Canada, à la limite des océans Atlantique et Arctique (voir carte ci-dessous). Les résultats de l’étude ont été publiés dimanche dans la revue « Nature Climate Change ».

En modélisant les évolutions de concentration des « POP » dans l’atmosphère et en confrontant ces concentrations avec d’autres données atmosphériques, les chercheurs ont pu faire la différence entre ce qui était imputable au changement climatique et ce qui ne l’était pas.

Des efforts éclipsés

Alors que les concentrations atmosphériques de POP avaient diminué grâce aux actions politiques visant à en réduire ou en interdire l’usage, le réchauffement climatique est à l’origine de la libération des molécules de POP dans l’atmosphère depuis une vingtaine d’années, selon les résultats de l’étude. Ou comment les erreurs de nos grands-parents ont déjà un impact sur notre environnement et notre santé.

L’autre intérêt de cette étude est de montrer que les efforts que nous avons faits ces dernières années afin de limiter les émissions de POP dans l’atmosphère ne sont pas inutiles. Pour l’instant, ces efforts ne sont pas récompensés car leur produit est en grande partie dissimulé par les conséquences du réchauffement climatique.

« Le réchauffement climatique, via la fonte des glaces, provoque un rejet des POP dans l’atmosphère ».

© Ludovic Hirlimann, Flickr, CC BY-NC 2.0
Source : futura-sciences.com

Vu sur

Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

ISOLATION + CHAUFFAGE pour 1 euro. Nouveau dispositif 2020

Vérifiez votre éligibilité !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Rechercher sur le réseau

Votre aide est importante

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

L’allopathie est de plus en plus souvent inefficace préservant ses intérêts au détriment de la santé des patients.

Dès l’âge adulte, le corps sécrète de moins en moins de substances vitales (vitamines, enzymes, hormones) et a besoin d’un apport extérieur afin de se maintenir en bonne forme.

C’est ce que nous proposons sur notre site equilibre-et-vitalite.net , uniquement des produits exceptionnels d’efficacité.

Pages et Articles Phares