Puériculture

Allergies, obésité: les éviter avec une bonne alimentation de 0 à 3 ans

enfant-alimentation-boisson-banPeut-on prévenir l’obésité et les allergies avant 3 ans ?

Les réponses à ces questions ont été données lors des Ateliers de nutrition de l’Institut Pasteur de Lille, le 29 novembre dernier. Réservés aux professionnels, nous vous en restituons les principales informations à retenir pour éviter toute erreur alimentaire chez les tout-petits.

Marie-Françoise Rolland-Cachera a détaillé les causes probables de l’obésité des jeunes enfants.

Christine Castelain-Hacquet a remis en question les idées reçues sur les risques et les traitements des allergies alimentaires.

Obésité : les bonnes doses de  lipides et protéines sont indispensables

« La répartition des nutriments pendant l’enfance joue un rôle important sur le déroulement de la croissance et sur le risque d’obésité », explique Marie-Françoise Rolland-Cachera, épidémiologiste à l’Inserm, spécialiste de l’alimentation des tout-petits, et auteur de nombreuses études sur le sujet. Elle rappelle que l’épidémie d’obésité dans le monde, même si elle se stabilise, reste préoccupante.

fleche-suite En France, 15 à 20% d’enfants sont en surpoids (12% dans les pays du Nord de l’Europe, mais 30% dans ceux du Sud !). Et ce sont les obésités massives – donc les plus dangereuses pour la santé – qui ont augmenté le plus chez les enfants.

oeufs-150x1503

Deux phénomènes ont été observés au cours de cette épidémie :

  • la diminution des apports en graisses (lipides),
  • l’augmentation des apports en protéines (qui se trouvent surtout dans la viande, les poissons, les oeufs, mais aussi les produits laitiers).

Résultat : les apports énergétiques totaux sont plus faibles. Et pourtant l’obésité des enfants augmente ! Un paradoxe que les études anciennes et récentes expliquent.

Effet de l’excès de protéines

gaspillage alimentaireOn sait déjà depuis 1995 que l’excès de protéines – en particulier avec les produits laitiers consommés en trop grande quantité – chez les enfants de moins de 2 ans, qu’ils soient mal nourris ou bien portants, entraîne ce qu’on appelle le « rebond d’obésité » dès 2 ans, témoin d’obésité précoce. La croissance est accélérée : ces enfants sont bien plus gros et plus grands que la moyenne.

yaourtEn cause : les laitages. Et  particulièrement les yaourts demi-écrémés. Au cours des années 1970, ils sont donnés aux enfants de moins de 2 ans, à la place des yaourts au lait entier.

« Ils contiennent plus de protéines que les yaourts au lait entier ! Et beaucoup moins de lipides, alors qu’il en ont besoin !

bonhomme-croissanceLes conseils de Marie-France Rolland-Cachera : « Il faut donner des yaourts au lait entier aux enfants de moins de 2 ans « , insiste la scientifique. Et dans des proportions raisonnables.

Effet du manque de lipides

La suite de l’étude ELANCE menée en 2005 sur les enfants de 2 ans et poursuivit en 2012 (1) jusqu’à l’age de adulte confirme la relation entre le manque de lipides avant 2 ans et l’obésité (sur le ventre notamment) des jeunes à 20 ans.

A cela s’ajoute aussi une augmentation de la leptine*, qui est le signe d’une résistance à son action, autre signe d’obésité ( avec une augmentation de la masse grasse).

bonhomme-croissance Les conseils de Marie-France Rolland-Cachera :« Il ne faut pas restreindre les lipides avant 3 ans. Ils doivent représenter 45 à 50% des apports journaliers recommandés à cet âge. En réalité, ils atteignent seulement 28% », regrette-t-elle. « Donnez du beurre et des huiles à vos petits », affirme-t-elle.

Des pistes pour stopper l’obésité infantile

Après 2000, l’obésité a commencé à se stabiliser chez les jeunes enfants. Marie-France Rolland-Cachera rappelle plusieurs phénomènes parallèles :

– la baisse des petits poids à la naissance

– l’augmentation de l’allaitement

– le recul de la diversification alimentaire de 3 à 5 mois.

De quoi donner des pistes aux scientifiques pour continuer leurs recherches, et aux mamans pour mieux nourrir leurs enfants.

Allergies : la fenêtre de tolérance à ne pas rater est entre 3 et 7 mois

attentionLes études estiment à que 4 à 8%  des enfants pré-scolaires sont allergiques.

Seuls quelques aliments sont responsables de la majorité des allergies alimentaires chez l’enfant : le lait, l’oeuf, les légumineuses et les fruits à coque. (Ce n’est pas le même classement pour les adultes).

Christine Castelain-Hacquet, allergopédiatre à La Madeleine (59) combat les idées reçues.

Il y en a beaucoup en prévention primaire ( = pour éviter l’apparition d’allergie, dans une famille où il n’y en a pas) :

  • Non, il ne faut pas mettre une maman au régime anti-allergique pendant la grossesse et pendant allaitement. Ça peut faire l’effet contraire !
  • Non, il ne faut pas retarder la diversification et mettre l’enfant au régime anti-allergique. Ça peut faire l’effet contraire !

lentillesIl y  aussi des idées reçues en prévention secondaire (= dans les cas d’allergies alimentaires familiales déjà connues)

  • Non, l’éviction de l’aliment responsable de l’allergie n’est pas la seule solution possible !

« On a noté une augmentation des allergies alors qu’on appliquait des régimes stricts après les années 1980« , explique le médecin.

Elle cite l’étude de Du Thoit en 2008 sur l’arachide :

arachide-cacahuetesCe scientifique américain a réalisé une étude sur des enfants juifs en Israël et en Grande-Bretagne : alors que les petits Israéliens consomment régulièrement et en grande quantité des arachides bien avant l’âge de 4 ans, les petits Britanniques n’en mangent qu’après 4 ans, peu souvent et en petites quantités.

Résultats : les Britanniques sont beaucoup plus allergiques aux arachides que les Israéliens !

bonhomme-croissanceLes conseils de Christine Castelain-Hacquet pour éviter les allergies  des enfants :

  • en prévention : pas de régime sans preuve d’allergies avérées, mais pas d’excès non plus.
  • en cas d’allergie diagnostiquée : éviction ciblée et courte (6 mois) de l’aliment incriminé, avec des tests de réintroduction orale par la suite.

nuggets« La prise en charge des allergies alimentaires chez le jeune enfant a beaucoup évolué depuis ces dernières années. Le diagnostic, plus précis, l’avancée de la biologie, les tests de réintroduction permettent une prise en charge plus ciblée, au cas par cas », conclue la scientifique. Il s’agit de « mettre nos jeunes à l’abri d’accidents graves et de les amener vers sinon une guérison, au moins une tolérance compatible avec une bonne qualité de vie ».

*

Je veux témoigner

La lettre Alimentation – Nutrition est diffusée chaque vendredi. Il est facile de s’abonner (ou se désabonner).

Exemples : le n°2 de la Lettre hebdo (les huiles),la lettre n°3 (les légumes), lettre n° 4 (les calories), la lettre n°5 (le goût), la lettre 7 (la « néfaste food »), la lettre 8 sur les micro-algues et le DHA, la lettre 9 sur le petit-déjeuner, la lettre 10 sur le Repas de Noël, la lettre 11 sur la détox, sur le goût, …
Vous pouvez consulter Emmanuelle Couturier dans une consultation privée (voir nutritielle.com, l’alimentation sur mesure).

http://www.consoglobe.com

Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

ISOLATION + CHAUFFAGE pour 1 euro. Nouveau dispositif 2020

Vérifiez votre éligibilité !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Rechercher sur le réseau

Votre aide est importante

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

L’allopathie est de plus en plus souvent inefficace préservant ses intérêts au détriment de la santé des patients.

Dès l’âge adulte, le corps sécrète de moins en moins de substances vitales (vitamines, enzymes, hormones) et a besoin d’un apport extérieur afin de se maintenir en bonne forme.

C’est ce que nous proposons sur notre site equilibre-et-vitalite.net , uniquement des produits exceptionnels d’efficacité.

Pages et Articles Phares