A la une Bien-Être

Vitamine B3 pour faire rajeunir nos cellules…

rajeunir

Des chercheurs démontrent qu’un dérivé de vitamine réactive la régénération des tissus et organes chez des souris âgées. Et prolonge ainsi leur durée de vie.

Et si nos tissus, muscles, cerveau, cœur, foie, reins… pouvaient être régénérés grâce à une molécule ?

Les travaux de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), en Suisse, publiés dans Science tendent à le démontrer. Ils viennent de prouver que le nicotinamide riboside (NR), un dérivé de la vitamine B3, réactive la régénération cellulaire. Une étape clé vient ainsi d’être franchie dans la médecine régénérative !

Contrer la « fatigue » des cellules souches

Rappelons que lorsqu’elles sont endommagées par une lésion, les cellules de nos tissus et organes (foie, cœur, reins…) peuvent mourir. « Chaque fois que l’on fait un effort musculaire intense, par exemple, des cellules musculaires « traumatisées » meurent, explique Johan Auwerx, directeur du Laboratoire de physiologie intégrative de l’EPFL (LISP). Elles sont alors remplacées par de nouvelles, issues de l’activation de cellules souches (cellules indifférenciées, capables de s’auto-renouveler et de donner différents types cellulaires).

 » Mais au bout d’un certain nombre de cycles de réparation, les cellules souches font moins bien leur travail et la régénération est moins bonne. « Nous avons démontré que la fatigue des cellules souches était l’une des causes principales conduisant à une mauvaise régénération, voire une dégénérescence de certains tissus ou organes », précise Hongbo Zhang, l’un des doctorants de l’équipe, co-auteur de l’étude. « Notre idée a été de comprendre ce qui faisait vieillir ces cellules souches, pour tenter d’inverser le phénomène et garder la capacité de régénération intacte », ajoute Johan Auwerx.

L’équipe a alors mené l’enquête biologique et peu à peu levé un des voiles du mystère : « Un vieux dogme prétendait que les cellules souches au repos n’utilisaient pas leurs mitochondries (centrales énergétiques des cellules), livre Johan Auwerx. Or, nous avons observé qu’il n’en était rien. Elles utilisent bien en permanence leurs mitochondries pour trouver de l’énergie. Avec le temps, ces mitochondries se mettent à moins bien fonctionner et les cellules souches s’affaiblissent. »

L’équipe a ainsi pu identifier la chaîne moléculaire régulant le fonctionnement des mitochondries et son évolution avec l’âge.

« C’est alors qu’on a découvert qu’un composé, le nicotinamide riboside, déjà connu pour son aptitude à améliorer le fonctionnement du métabolisme, faisait défaut dans la mitochondrie de la cellule souche vieillissante. Son ajout, au contraire, relance la machine. »

Apprendre à l’organisme à se réparer tout seul

L’équipe de l’EPFL a donné de la nicotinamide riboside à des souris âgées de 2 ans (l’équivalent de 75 ans chez l’humain). « Nos résultats sont extrêmement prometteurs : la régénération musculaire est bien meilleure chez les souris ayant reçu le NR et elles vivent plus longtemps (une quarantaine de jours en moyenne, équivalent à quatre ans de plus en âge humain) que celles qui n’en ont pas eu. »

Des études parallèles ont révélé qu’un effet comparable pouvait être observé sur des cellules souches du cerveau ou de la peau.

Cette découverte aurait donc plusieurs applications immédiates. « Ces travaux donnent des perspectives très intéressantes dans le domaine de la médecine régénérative, estime Johan Auwerx.

On ne parle pas ici d’introduire des corps étrangers dans l’organisme, mais de lui réapprendre à se réparer tout seul, avec un produit qu’il suffit d’ingérer avec son repas. » Le chercheur belge estime qu’on pourrait en effet administrer du NR en bonne proportion aux personnes âgées, pour « soutenir nos cellules souches et pallier les déficits, notamment chez celles qui souffrent de fonte musculaire ou de déclin cognitif. »

Vers une application thérapeutique ?

Côté recherche, on ne s’arrêtera pas en si bon chemin non plus.

« On cherche à présent à développer un approche pharmacologique plus puissante que le NR, qui stimulerait les cellules souches dans des cas thérapeutiques », révèle Johan Auwerx.

Comme dans le cas de la dystrophie musculaire, « qui provoque un stress extrême sur les cellules musculaires dès l’âge de vingt ans ».

En attendant, pas question pour le directeur du laboratoire de pousser tous les seniors à se doper à la Vitamine B3 ou au NR « déjà disponible sur des sites en ligne ». Même si l’efficacité et la toxicité ont été testées, elles ne l’ont été que sur de courtes durées. « Il faudrait l’étendre à des études à plus long terme. »

La vitamine B3 ou PP

Rôle : La vitamine B3 est aussi appelée vitamine PP ou niacine. Son rôle au niveau métabolique est semblable à celui des vitamines B1 et B2 dans la mesure où elle permet la synthèse d’énergie à partir de la transformation des aliments. Elle joue un rôle un rôle intéressant dans la diminution de la synthèse du mauvais cholestérol et la réduction du taux sanguin de triglycérides.

Recommandations : Les besoins journaliers recommandés vont de 15 à 18mg pour un adulte et augmentent pour la femme enceinte

La vitamine B3 dans l’alimentation : La levure alimentaire, les cacahuètes et arachides (25mg/100g), le café en poudre (23,3mg/100g), le thon cuit au four (16,4mg/100g) et une diversité de céréales enrichies en vitamines et minéraux (15mg/100g) sont autant d’aliments apportant des doses intéressantes de vitamine B3.

Précautions à prendre : La vitamine B3 étant impliquée dans les processus de synthèse énergétique, les sportifs doivent veiller tout particulièrement à ne pas en manquer car leurs besoins sont accrus voire doublés.

NAD-agingCes recherches ont ainsi montré que le nicotinamide riboside est un précurseur efficace du NAD(+) dans les mitochondries, un cofacteur cellulaire essentiel du métabolisme mitochondrial et énergétique.

nicotinamide 2Niagen Nicotinamide Riboside – 60 capsules from High Performance Nutrition

Les meilleures sources de vitamine B3

Aliments Portions (g)
1 Poulet, viande blanche avec ou sans peau, rôti 100 g (3 ½ oz) 15-20 g
2 Saumon poché 100 g (3 ½ oz) 17-18 g
3 Foie de boeuf, d’agneau ou de veau, sauté ou braisé 100 g (3 ½ oz) 12-17 g
4 Thon en conserve 100 g (3 ½ oz) 12-13 g
5 Escalope de veau de lait, sautée 100 g (3 ½ oz) 13 g
6 Thon à nageoires jaunes ou espadon, cuit au four ou grillé 100 g (3 ½ oz) 12 g
7 Alose cuite au four 100 g (3 ½ oz) 11 g
8 Maquereau espagnol grillé 100 g (3 ½ oz) 11 g
9 Esturgeon fumé 100 g (3 ½ oz) 11 g
10 Thon rouge, maquereau espagnol (chinchard), thazard, saumon, cuit au four 100 g (3 ½ oz) 9-11 g
11 Cuisse, longe ou jarret de veau, sauté ou braisé 100 g (3 ½ oz) 8-11 g
12 Bernarche du Canada (outarde), cuisse avec peau, rôtie 100 g (3 ½ oz) 10 g
13 Canard domestique, chair seulement, grillé 100 g (3 ½ oz) 10 g
14 Lapin mijoté ou rôti 100 g (3 ½ oz) 7-8 g
15 Morue de l’Atlantique déshydratée et salée 100 g (3 ½ oz) 8 g
16 Arachides rôties à sec ou dans l’huile 60 ml (1/4 tasse) 6-7 g
17 Flétan d’Atlantique ou du Pacifique, grillé 100 g (3 ½ oz) 7 g
18 Céréales à déjeuner 100 % son (type All Bran) 30 g (1 oz) 5 g
19 Porc, coupes diverses, grillé 100 g (3 ½ oz) 5 g
20 Aiglefin grillé 100 g (3 ½ oz) 5 g

Vos besoins quotidiens en vitamine B3

Apport nutritionnel recommandé (ANR)
Bébés 0-6 mois 2 mg*
Bébés 7-12 mois 4 mg*
Bébés 1-3 ans 6 mg
Enfants 4-8 ans 8 mg
Garçons 9-13 ans 12 mg
Filles 9-13 ans 12 mg
Garçons 14-18 ans 16 mg
Filles 14-18 ans 14 mg
Hommes 19-50 ans 16 mg
Femmes 19-50 ans 14 mg
Hommes 50 ans et + 16 mg
Femmes 50 ans et + 14 mg
Femmes enceintes 18 mg
Femmes qui allaitent 17 mg

*Apports suffisants

NICOTINAMIDE RIBOSIDE

nicotinamide« Molécule miracle », « Incroyable vitamine cachée », ce sont les termes élogieux avec lesquels les grands médias internationaux ont salué la publication dans la revue Cell Metabolism d’un article mettant en évidence les effets bénéfiques in vivo du nicotinamide riboside, une substance cousine de la niacine (vitamine B3).

Les signataires les plus connus de l’article sont le Pr Johan Auwerx, titulaire de la chaire Nestlé en métabolisme énergétique de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), et le chercheur Carles Canto, qui a dirigé pratiquement toutes les recherches et en a présenté les résultats remarquables à la presse.

Les effets du nicotinamide riboside (NR) sur la sensibilité à l’insuline, la biogénèse mitochondriale et l’amélioration des fonctions des sirtuines sont réellement uniques. Le NR est la première molécule dotée d’une enviable triple action : antiâge, amincissante et énergisante !

Permet de brûler plus de calories au repos

Le NR accroît efficacement les niveaux intracellulaires et mitochondriaux de nicotinamide adénine dinucléotide (NAD+), qui devient ensuite NADH après adjonction d’hydrogène) dans les cellules et les tissus. Le NAD+ est un facteur indispensable du métabolisme de l’ATP. Cet accroissement du NAD permet de « brûler » naturellement davantage de calories, car le NAD+ est un cosubstrat indispensable des enzymes sirtuines.

Cela montre clairement que la supplémentation en NR offre pour la santé les avantages d’un régime hypocalorique et de la pratique d’une activité physique – sans faire ni l’un ni l’autre – et est donc particulièrement recommandée en cas de surpoids.

Améliore la sensibilité à l’insuline

Le NR prévient en grande partie les effets métaboliques négatifs associés à une alimentation riche en graisses : non seulement les souris supplémentées en NR n’ont pris que 60 % du poids pris par les souris du groupe témoin, mais aucune des souris ayant pris du NR n’a développé de diabète, contrairement aux autres : « Même avec un régime normal, le NR améliore la sensibilité à l’insuline », souligne Carles Canto.

Contrecarre les effets du vieillissement

La supplémentation en NR accroît sensiblement l’activité des enzymes sirtuines SIRT1 et SIRT3. En fait, cet accroissement ne peut être provoqué que par une restriction calorique drastique ou par la prise de suppléments qui la miment, comme le resvératrol et ses dérivés ou l’oxaloacétate (voir ces produits).

L’activation des sirtuines améliore les fonctions métaboliques liées aux mitochondries (les centrales énergétiques des cellules), dont la combustion des graisses et les capacités oxydatives des cellules. C’est l’un des moyens les mieux validés pour contrecarrer les effets du vieillissement, limiter les nombreuses pathologies associées au déclin mitochondrial et augmenter la durée de vie des animaux de laboratoire (et certainement aussi celle des humains).

Contre Alzheimer… un espoir

L’activation du NAD+ a été reliée à une diminution de la toxicité des peptides bêta-amyloïdes dans la maladie d’Alzheimer. Le NR, en tant que précurseur du NAD+, favorise l’expression dans le cerveau de la prolifération des (PGC)-1α, des régulateurs essentiels de la production des peptides bêta-amyloïdes. Des études supplémentaires, effectuées sur des modèles de souris atteintes de la maladie d’Alzheimer, indiquent que c’est une substance parfaitement biodisponible au niveau du cerveau et ayant des effets neuroprotecteurs, probablement par stimulation de la synthèse de NAD par le cerveau. Dans une de ces études, les chercheurs ont testé l’hypothèse selon laquelle le traitement par NR dans un modèle précis de souris pourrait atténuer la toxicité des plaques bêta-amyloïdes. Des souris atteintes d’une forme similaire de maladie d’Alzheimer ont donc reçu pendant trois mois du NR et, au terme de cette étude, les chercheurs ont observé une atténuation considérable de la détérioration cognitive chez la souris, laquelle coïncidait avec une augmentation des niveaux de NAD+ dans le cortex cérébral. Le NR, en favorisant l’expression dans le cerveau de PGC-1α, permet ainsi de réduire la production des peptides bêta-amyloïdes.

La supplémentation en NR pourrait donc être bénéfique, en cas de maladie d’Alzheimer, pour améliorer les fonctions cognitives, la plasticité synaptique et, en partie, empêcher la production de plaques bêta-amyloïdes toxiques dans le cerveau.

Redonne de l’énergie, améliore les performances musculaires

Le NR améliore la fonction mitochondriale, l’efficacité musculaire et la performance dans les épreuves d’endurance.

Les rongeurs qui ont bénéficié d’un complément de NR dépassaient leurs congénères de 10 % dans les courses d’endurance. Ils étaient en meilleure forme, ce qui est confirmé par l’étude au microscope de leurs fibres musculaires. Les souris supplémentées démontraient aussi une meilleure performance dans un environnement climatisé. Cette amélioration de la résistance au froid signale une meilleure dépense énergétique, donc une fonction mitochondriale améliorée.

« En conséquence, ces résultats indiquent que le NR pourrait être utilisé comme supplément nutritionnel pour lutter contre les désordres métaboliques et ceux associés au vieillissement, caractérisés par une fonction mitochondriale déficiente. »

Étant donné l’inquiétante prévalence de ces troubles, ces conclusions enthousiasmantes permettent d’ores et déjà de recommander la supplémentation en NR à toutes les personnes ayant dépassé l’âge de cinquante ans.

Le NR est présent en très faible quantité, à l’état naturel, dans le lait et la bière, mais il serait bien inutile, voire dommageable pour l’organisme, d’accroître la consommation de ces produits.

Le recours à un supplément de nicotinamide riboside, comme celui utilisé dans les études menées à l’EPFL, est donc la seule option raisonnable pour bénéficier de ses propriétés.

Le NR est totalement dénué de toxicité et d’effets secondaires, même à des doses dix fois supérieures à la quantité efficace du produit.

SOURCES :

 
Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source: http://elishean.fr/aufeminin

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2014/ Elishean au Féminin



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Rechercher sur le réseau

Votre aide est importante

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

L’allopathie est de plus en plus souvent inefficace préservant ses intérêts au détriment de la santé des patients.

Dès l’âge adulte, le corps sécrète de moins en moins de substances vitales (vitamines, enzymes, hormones) et a besoin d’un apport extérieur afin de se maintenir en bonne forme.

C’est ce que nous proposons sur notre site equilibre-et-vitalite.net , uniquement des produits exceptionnels d’efficacité.

Pages et Articles Phares