SECRETS de PROPHÉTIE

PETIT COURS DE NUMEROLOGIE

numerologieCalculs mystiques ou élucubrations mathématiques… Les nombres peuvent-ils nous révéler l’avenir ou dévoiler les aspects cachés de notre personnalité ?

Pour tous ceux qui pratiquent l’art ancien de la numérologie, la réponse est positive. La numérologie est une méthode qui permet de faire correspondre des noms, des dates ou des événements à des nombres, généralement de 1 à 9, bien que parfois les nombres 11 et 22 entrent aussi dans le système. Chaque nombre a une certaine signification. C’est ainsi que la personnalité de William Shakespeare correspond au chiffre 5, le nombre de la versatilité et de la richesse d’esprit. On établit cette correspondance par une très simple identification des lettres de l’alphabet aux nombres selon le « système hébreu », comme disent les numérologues (voir la table ci-dessus).

Numérologie - Tableau

Pour trouver votre nombre, il vous suffit d’écrire le chiffre correspondant à chaque lettre de votre nom et de les ajouter. Si le total de l’addition est supérieur à 9, ajoutez-y les chiffres qui le composent et continuez jusqu’à ce que le résultat soit inférieur à 10.

En ajoutant, par exemple, les nombres correspondant aux lettres de Charlotte Brontë, nous arrivons à 5.
* Charlotte = 3 + 5 + 1 + 2 + 3 + 7 + 4 + 4 + 5 = 34
* Brontë= 2 + 2 + 7 + 5 + 4 + 5 = 25
34 + 25 = 59
5 + 9 = 14 => 1 + 4 = 5

http://carthoris.free.fr/Images/Numerologie%2001.png

Si, après avoir ajouté les chiffres correspondant à votre nom, vous arrivez à l, vous êtes probablement une personne dominante, vous avez une âme de chef. Les « 1 > sont des pionniers, des inventeurs, des créateurs. Mais le plus souvent, lorsqu’ils ont mis leur plan en route, ils s’intéressent peu aux personnes touchées par leur action ou qui pourraient en souffrir. Ils tendent à dominer tous ceux qu’ils rencontrent ; ils ont rarement des amis intimes et sont souvent des personnes solitaires malgré leur apparence sociable.

http://carthoris.free.fr/Images/Numerologie%2002.png

Selon la numérologie moderne, les « 2 » sont des gens passifs et réceptifs. Ils sont tranquilles, doux, gentils, ordonnés, consciencieux et ont peu d’ambition. Ils arrivent cependant à leur fin par une douce persuasion plutôt que par la force. Ils sont hésitants et se créent des problèmes en remettant des décisions à plus tard sans aucune raison valable, ce qui les entraîne dans des situations difficiles.

http://carthoris.free.fr/Images/Numerologie%2003.png

Le « 3 » est l’un des nombres les plus extravertis correspondant à des personnalités intelligentes, créatives et spirituelles. Les « 3 » se font généralement des amis avec beaucoup d’aisance et réussissent tout ce qu’ils entreprennent. Ils sont fiers, ambitieux et aiment le plaisir, mais leur grande faiblesse est dans leur incapacité de prendre quoi que ce soit – idées ou personnes – au sérieux pour très longtemps.

http://carthoris.free.fr/Images/Numerologie%2004.png

Le «  4 », comme le « 2 », est le nombre des personnes très terre à terre en qui l’on peut avoir confiance. Il leur manque la volatilité des « 1 » ou des « 3 », mais ils compensent cela par leur impartialité et leur côté méticuleux. Ils peuvent être sujets à des rages soudaines et irrationnelles ou à des dépressions qui semblent tout à fait extraordinaires chez des personnes qui sont habituellement des modèles de calme. Les numérologues considèrent le « 4 » comme étant le traditionnel numéro de la malchance. Les « 4 » doivent généralement payer très cher pour arriver à quelque succès dans leur vie.

http://carthoris.free.fr/Images/Numerologie%2005.png

Le « 5 » appartient aux gens brillants, intelligents, rapides et impatients. Ils vivent continuellement sur les nerfs, aiment les rencontres et sont toujours à l’affût de nouvelles expériences. Ils ont souvent un physique attirant, mais manquent d’énergie et détestent être assujettis à une tâche. Cinq est le nombre qui représente le sexe (ainsi que pour ceux dont les chiffres ajoutés donnent 5). Les personnes de ce nombre ont des aventures amoureuses variées et agitées mais souvent problématiques. Parfois, leur sexualité prend une importance excessive et vire même à la perversion.

http://carthoris.free.fr/Images/Numerologie%2006.png

Les personnalités du « 6 » sont parmi les plus heureuses de tout le système numérologique. Ce sont des gens tranquilles, équilibrés et qui aiment leur foyer. Ils sont affectueux, loyaux, sincères et consciencieux. Ce sont des esprits plutôt créatifs ; beaucoup réussissent dans les matières artistiques. Le mauvais côté de leur caractère est qu’ils ont plutôt tendance à être pointilleux, voire suffisants et satisfaits d’eux-mêmes.

http://carthoris.free.fr/Images/Numerologie%2007.png

Le « 7 » est le nombre du solitaire, du savant introspectif, du philosophe, du mystique ou de l’occultiste. Ces personnes se tiennent en marge de la société et se contentent d’observer le flot courant de la vie quotidienne. Ils sont dignes, réservés et savent se dominer. La richesse du monde ne les intéresse pas. Bien qu’ils semblent distants, ce sont des amis sur lesquels on peut compter. Malgré leur intellect puissant, ils ont souvent du mal à traduire leur pensée en paroles et peuvent même refuser la discussion s’ils sentent que l’on peut contester leurs idées.

http://carthoris.free.fr/Images/Numerologie%2008.png

Le « 8 » représente le succès. Les personnes de ce nombre sont souvent de bons hommes d’affaires, des hommes politiques ou des juristes. Ils ont bâti leur succès sur un énorme travail plutôt que sur leurs qualités humaines. Ils semblent parfois durs, égocentriques et âpres au gain. Mais ils peuvent cacher derrière cet extérieur peu sympathique un côté fantasque qui inspire l’affection de leur entourage.

http://carthoris.free.fr/Images/Numerologie%2009.png

Le « 9 » signifie un total accomplissement intellectuel et spirituel. Les « 9 » sont des idéalistes, des romantiques, des visionnaires – des poètes, des missionnaires, des médecins, des professeurs scrupuleux et de brillants scientifiques. Ils ont pour qualités principales le désintéressement, une grande discipline envers eux-mêmes et envers le but qu’ils visent. Leur idéalisme couvre le genre humain dans son ensemble. Ils aiment être remarqués, mais ce sont parfois des amis ou des amoureux volages.

 

La numérologie est un ensemble de croyances et de pratiques fondées sur l’attribution de propriétés à des nombres, propriétés variables selon le contexte (dépendant par exemple de la source alphabétique d’un mot, latin, grec, copte, hébreu, etc.). La numérologie est une pseudo-science. L’une des origines de la numérologie serait la gématrie, technique herméneutique traditionnelle dans le judaïsme et la Kabbale.

Chaque lettre est représentée par une valeur numérique, indiquant la fréquence vibratoire de cette dernière. Dans l’alphabet francophone, il y a donc 26 lettres auxquelles on peut donner une valeur.

L’on distingue deux grandes catégories de numérologies :

Numérologies primaires ou traditionnelles :
– la plus commune, traditionnelle occidentale latine: la numérologie à neuf nombres
– la numérologie à 22 nombres découle de l’attribution numérale des séphiroth (chemin de la Kabbale).

Applications
* Le nom complet, prénom(s) et nom de famille, réduit à un chiffre de 1 à 9, définit le nombre d’expression qui représente le caractère d’une personne.
* Le (ou les) prénom donne le nombre actif qui serait le signe de l’évolution personnelle.
* Le nom fournit le nombre héréditaire.
* Les consonnes du nom complet forment le nombre de réalisation, les voyelles le nombre intime.
* La date de naissance permet d’accéder au chemin de vie révélant la destinée d’une personne.
* Le (ou les) nombre manquant est le nombre qui n’est pas représenté dans le nombre d’expression, celui qui n’est pas donné d’emblée et qu’il faudra acquérir par l’apprentissage et l’expérience de la vie.
* En additionnant le nombre d’expression et le chemin de vie, on obtient le nombre unique ou nombre de vie.

Wikipédia : Numérologie

Certains numérologues emploient aussi les nombres « 11 » et « 22 ». Ils représentent selon eux un plus haut niveau d’expérience que les nombres de 1 à 9. Les personnes du « 11 » ont eu des révélations mystiques ou furent des martyrs. Ce sont souvent des personnes animées d’une grande vocation pour leur travail : des prêtres, des médecins, des infirmières ou des professeurs. Ils préfèrent souvent les idées à la réalité.
« 22 » est le nombre « maître » : les personnalités dont le nombre est égal à 22 possèdent toutes les qualités des autres nombres à la fois.
Appliquez cette méthode à votre nom et vous trouverez, selon les numérologues, les différents caractères de votre personnalité qui vous marqueront toute la vie. Appliquez-la aussi au nom que vous vous donnez ou bien que vous aimeriez avoir et vous vous rendrez compte combien vos expériences ont modelé votre personnalité. Grâce à votre surnom, vous pourrez savoir ce que vos amis pensent de vous. Une femme mariée peut connaître ce que sa vie d’épouse a changé chez elle en comparant son nom de jeune fille et son nom de femme.

http://carthoris.free.fr/Images/Num%e9rologie%20-%20Picasso.jpg Le total des voyelles de votre nom donne votre nombre du cœur, il montre le côté caché de votre caractère. Le total des consonnes correspond à votre personnalité, ou à l’impression que vous donnez aux gens qui vous entourent. Cette distinction vient de l’hébreu, langue dans laquelle on écrit seulement les consonnes : les voyelles sont donc « cachées » et représentent les aspects cachés de la personnalité.
On doit considérer ces nombres comme les signes du zodiaque : ils vous donnent un type de caractère général, pas une description détaillée. Mais les individus du même nombre partagent réellement certains traits de leur personnalité. Citons en exemple : Winston S. Churchill, Albert Einstein, Pablo Picasso et Florence Nightingale, qui, tous, sont du nombre 11, le nombre des grandes vocations. On peut appliquer la même technique aux noms de ville, la plupart des résultats confirment les dires des numérologues. Les lettres du mot Londres donnent 5 : c’est une ville aux multiples facettes. New York donne 3: éclat et scintillement. Les vieilles villes d’Oxford et Cambridge ont toutes deux le nombre 7, qui s’applique au savant introverti et distant.

http://carthoris.free.fr/Images/Num%e9rologie%20-%20M%e9lancolie%20Durher.jpgOn a fait aussi des prédictions tout à fait ridicules à partir de la numérologie : un numérologue américain a prédit qu’un jour la ville d’Oakland – en Californie – connaîtrait un gigantesque incendie comme Chicago en 1871, sous prétexte que les deux villes sont du nombre 9.

On peut étendre la numérologie aux caractéristiques d’une année, d’une décennie ou même d’un siècle. L’année 1979 est caractérisée par le 8 [1 + 9 + 7 + 9] = 26 => 2 + 6 = 8. Elle aurait donc dû être une année exceptionnelle pour les finances et la politique si l’on s’appuie sur les thèses des numérologues… Les années quatre-vingt forment la neuvième décennie et sont donc caractérisées par le 9 avec de grande réussites dans les arts et le monde culturel.

Les numérologues voient leurs théories confirmées pour les décennies passées : l’éclat des années vingt, troisième décennie, atténué pour les années trente assombries dans les dernières années par la menace de guerre. On reprend confiance dans les années quarante et plus d’assurance dans la sixième décennie des années cinquante. Dans les années soixante, le rêve se transforme en mysticisme (chiffre 7). Les attitudes se durcissent face à la conscience de l’argent dans les années soixante-dix, ce qui se reflète dans le chiffre 8.

Mais les interprétations peuvent être multiples. Certains peuvent penser que le chiffre 6 – qui signifie tranquillité, bonheur et équilibre – représente bien mal les années cinquante marquées par l’intensification de la guerre froide, l’apparition de la bombe atomique et du rock and roll.

Selon les numérologues, les nombres peuvent nous suggérer certaines directions bénéfiques à prendre dans notre vie. Les « 7», par exemple, devraient prendre des décisions importantes ou entreprendre des tâches difficiles les jours du « 7 » : le 7, le 16 ou le 25.

Certaines années peuvent être en même temps bonnes ou mauvaises pour un individu ; si vous voulez connaître le numéro de votre année, ajoutez votre mois et date de naissance à l’année en cours : 1981 serait, par exemple, une « année 9 » pour quelqu’un né le 24 février 1956 (24 + 2 + 1981 = 2007 => 2 + 0 + 0 + 7 = 9) – ce qui révélerait une année de haut niveau spirituel et intellectuel.

Pourquoi devrait-on appliquer le système numérologique ?

Les numérologues vous en démontreraient rapidement l’importance en vous donnant des exemples semblables à celui de Louis XIV. Il arriva sur le trône en 1643, ce qui fait 14 ; il meurt en 1715, ce qui fait également 14, comme l’âge de sa mort : 77 ans. Mais ne serait-ce pas tout simplement une coïncidence ?

Les numérologues affirment que la coïncidence n’existe pas. Selon eux, l’univers est une harpe gigantesque aux cordes innombrables, chacune vibrant à un certain rythme, caractérisé par un nombre. Ils pensent que le nombre est à la racine de toutes choses et font remarquer que la science a montré que la lumière, le son, la structure atomique et beaucoup d’autres phénomènes dépendent de la fréquence et donc des nombres.

Les numérologues ont déjà des réponses toutes prêtes aux objections qu’on pourrait leur faire : par exemple, fonder le caractère d’une personne sur un nombre peut être faux puisque le choix du prénom dépend pour une grande part des goûts et fantaisies des parents. L’Américaine Florence Campbell explique : « L’âme a dans le passé fait de nombreux voyages et connaît ses besoins présents. L’âme veut toujours aller plus haut sur la Grande Spirale et choisit pour incarner son ego les voyelles dont le total accomplira ce but… ». Un long « Cycle obscur » précède la naissance d’un enfant ; pendant ce cycle, les vibrations qui marqueront la nouvelle vie impressionnent tellement le subconscient des parents qu’ils seront obligés de mener à bien le plan. »

En d’autres termes, les numérologues soutiennent que le nom que l’on porte n’est pas un accident. Et ils affirment posséder la clé du code qui permet de trouver la signification des choses de la vie. Quel peut bien être le point de vue des scientifiques sur une question qui trouble tant les chercheurs indépendants ?

Il existe plusieurs « règles » de numérologie en fonction des tables numériques utilisées, et on pourrait aussi parler ici de guématrie …

 voici un logiciel en ligne simplifié

Les chefs religieux des époques lointaines, qui en étaient aussi les scientifiques et les mathématiciens, ne faisaient pas, contrairement à nous, l’erreur consistant à ranger des phénomènes différents dans des catégories distinctes. A leurs yeux, le monde de la matière et de la raison, celui de l’esprit et de la conscience de Dieu ne faisaient qu’un. Dans le cadre du mythe et du symbole, ils employaient nombres et formes d’une manière qui s’inscrivait dans leur quête spirituelle de sens, et satisfaisait leur besoin scientifique d’organisation rationnelle. C’est de ce processus que sont issues les traditions de la numérologie et de la géométrie sacrée.
Source: Génie de Viktor Schauberger, et si la pénurie d’eau et d’énergie était un faux problème ? (Le), Ed. Le Courrier du Livre

L’OMNIPRESENCE ET LA LOGIQUE DU NOMBRE

La croyance selon laquelle le nombre est la clé des secrets de l’Univers – croyance quasi mystique – reste encore vivace dans les domaines artistique et intellectuel, même après la révolution scientifique du XVII siècle. Cette idée fut pour beaucoup le point de départ d’œuvres magistrales. Le langage commun des nombres a permis d’associer des disciplines aussi différentes que la musique, l’astronomie, l’architecture, la poésie et la théologie. Toutes traduisaient l’Harmonia Mundi, (l’harmonie du monde).

Numerologie 14

http://carthoris.free.fr/Images/Numerologie%2010.jpgLe nombre était omniprésent. Les remarques de saint Augustin sur la danse en sont un exemple typique : « Cherchez à savoir ce qui vous plaît dans la danse, et le nombre vous répondra « Examinez la beauté des corps, et vous constaterez que tout se trouve à sa place grâce au nombre. Admirez l’élégance du mouvement, et vous conviendrez que chaque geste est fait au moment opportun grâce au nombre ».
Le nombre représentait l’essence de l’Harmonia Mundi. Et un solide support numérique était indispensable pour atteindre la perfection dans le domaine artistique. Platon lui-même n’échappa pas à une telle croyance. Dans le dialogue philosophique, il déclara : « Les qualités de la mesure et des proportions, invariablement… déterminent la beauté et l’élégance. » L’architecte Léon Batista Alberti reprit cette idée, au milieu du XVe siècle : « La nature est certaine d’agir avec logique et une constante analogie. J’en conclus que les nombres qui caractérisent des sons agréables à l’oreille jouent aussi un rôle dans les œuvres qui ravissent et l’esprit. »

http://carthoris.free.fr/Images/Numerologie%2011.jpgLa pléthore de manuels traitant des proportions en architecture, à l’époque de la Renaissance, montre à quel point cette idée était chère aux artistes. Au XXe siècle, Le Corbusier a entrepris de construire une série de dessins en s’appuyant sur des données numériques. Appelé le « Modulor », le système de Le Corbusier reposait sur les propriétés du nombre d’or, un nombre réel considéré depuis l’Antiquité comme esthétique, soit un segment divisé en deux parties d’inégale longueur ; si le rapport des longueurs de la plus grande et de la plus petite partie est égal au rapport des longueurs du segment entier et de la plus grande partie, on dit que le segment est divisé en « section dorée ». Le rapport commun s’appelle le nombre d’or et est noté PHI. Il est approximativement égal à 1,618… En considérant les puissances successives de PHI, on construit une suite de nombres. A partir du rang 2, chaque terme de la suite est égal à la somme des deux précédents. Une telle suite est appelée « suite de Fibonacci ». Ces séries ont été étudiées par Leonardo Fibonacci, un mathématicien qui travailla à Pise vers 1200.

L’exemple le plus simple en est : 1, 2, 3, 5, 8… On retrouve les suites de Fibonacci dans les proportions et les quotients de beaucoup de modèles naturels : les coussinets sous les pattes d’un chat, la disposition des feuilles sur la tige d’une plante, les spirales d’une coquille d’escargot.

Le Corbusier prétendait que les proportions physiques de l’idéal humain sont le reflet de la section dorée et que les constructions réalisées en accord avec celle-ci seraient à la fois belles et adaptées à nos exigences esthétiques. Il a dessiné plusieurs bâtiments en s’appuyant sur les propriétés des suites de Fibonacci. S’inspirant du corps d’un homme haut de 6 pieds (1,83 m), il pensait même pouvoir réconcilier le système métrique et le système anglais. Parmi les réalisations directement issues du Modulor, on notera la chapelle de Ronchamp, en France, des immeubles dans de nombreuses villes et le centre administratif à Chandigarh, dans le Yendjab.

Ces constructions sont-elles plus belles que celles réalisées sans un tel système de proportions » Il est presque impossible de donner une réponse à cette question, car elles sont l’Oeuvre d’un talentueux architecte et, en tant que telles, indépendamment du Modulor, d’une qualité supérieure aux travaux d’un bâtisseur sans génie.

Nombre d’or

Le nombre d’or est le seul nombre qui constitue une solution à l’équation x=(x+1)/x [ x²-x-1=0], c’est à dire que c’est le seul nombre auquel, si on lui ajoute 1 et que l’on divise la somme obtenue par ce nombre, on retrouve le nombre de départ.
Une approximation de ce nombre est 1,618 034. Sa valeur exacte est 1+racine carrée de 5 le tout divisé par 2. On l’appelle Phi (lettre grecque).
Ce nombre est exceptionnel en plusieurs points…

1 – Il est irrationnel et trancendental comme Pi (plus simplement avec un nombre infini de décimales)
2 – Il est pour notre cerveau le rapport de l’équilibre visuel de tout rectangle…La majorité des personnes le trace intuitivement.
3 – Il est retrouvé de ce fait dans nombre de constructions mythiques…du Parthénon aux Pyramides.
4 – Il est retrouvé en musique dans l’intervalle des notes d’une gamme
5 – Il est d’une grande utilité en architecture…Le Corbusier s’en est servi pour construire son Modulor, qui définit les équilibres visuels de toute construction artistique.
6 – Il a des propriétés mathématiques saisissantes simplistes et peu abordables à la fois.
7 – De par le fait qu’il est utilisé pour construire des spirales il est relié à Pi !
8 – C’est à peu près le rapport entre la position de votre nombril et votre taille
9 – Dans le règne végétal l’agencement des rameaux est des feuilles suit une suite dite de Fibonacci, reliée à Phi.

Cet arrangement particulier maximise la quantité de lumière et minimise l’ombre portée des parties supérieures sur les inférieures….

Source : ~Freedom for Monocotyledones~

http://carthoris.free.fr/Images/Numerologie%2012.jpg

Il n’est pas non plus évident que le nombre d’or confère aux figures les proportions les plus agréables à l’œil. Un rectangle, dont le quotient de la longueur par la largeur est égal au nombre d’or, a été considéré pendant longtemps comme idéal. Mais, en 1876, des expériences ont montré une évolution sur le plan esthétique : 35 % des personnes interrogées ont choisi, parmi dix rectangles, le rectangle idéal, tandis que la majorité a préféré des formats différents pour les tableaux d’une galerie (un rapport de 5: 4 pour des tableaux en hauteur et de 4: 3 pour des tableaux allongés). Si vraiment certaines proportions recueillaient l’assentiment du plus grand nombre, on pourrait dire, comme le fait l’architecte et écrivain P.H. Scholfield : « On s’attendrait à retrouver les mêmes constantes dans toutes les périodes de grande créativité. En fait, il n’en est rien, et les relations numériques sous-jacentes à la création dépendent très étroitement des connaissances mathématiques à l’époque considérée. »

Quel rôle jouent donc les propriétés numériques dans les sciences » L’idée qu’il existait une harmonie numérique fondamentale dans l’Univers incita les chercheurs des temps passés à donner toute explication avec un support chiffré. Raisonner ainsi les conduisit à penser que Dieu avait créé le monde en six jours parce que 6 est le premier nombre « parfait » : il est égal à la somme de ses diviseurs.

Aujourd’hui, un tel argument n’a plus aucune valeur. Cependant, il est incontestable que des découvertes importantes n’ont pu être faites qu’à partir de modèles numériques remarqués dans les phénomènes naturels, même avec une connaissance très incomplète de ces modèles. La loi de Titius et Bode en est un exemple : elle aboutit à la découverte des astéroïdes. On constata que les distances relatives des planètes au Soleil définissent une suite de nombres dont les termes sont engendrés par une loi très simple. On remarque un « vide » dans la série entre Mars et Jupiter. Les propriétés de la suite permirent de conclure à l’existence d’une planète dans ce vide. On vérifia effectivement la présence d’un corps : il ne s’agissait pas d’une planète, mais d’un astéroïde, le premier connu (un petit amas rocheux parmi les milliers aujourd’hui découverts).

La suite de Fibonacci

Fibonacci était un mathématicien italien qui détermina que l’on pouvais retrouver le nombre d’or dans une suite logique de chiffres.

La suite de Fibonacci est une suite d’entiers dans laquelle chaque terme est la somme des deux termes qui le précèdent. Elle commence généralement par les termes 0 et 1 (parfois 1 et 1) et ses premiers termes sont :

0, 1, 1, 2, 3, 5, 8, 13, 21

si vous faites 128 + 256 = 384
384 / 256 = 1.5

256 + 384 = 640
640 / 384 = 1.6666666

or cette suite logique est totalement utilisable en maping ou architecture et permet d’avoir des proportion de construction agréable a l’oeil et donc au plaisir

wikipedia.org/

http://carthoris.free.fr/Images/Numerologie%2013.jpg

Un autre exemple de découverte scientifique s’appuyant sur des modèles mathématiques nous est fourni par la chimie. Au XIX° siècle, le chimiste russe Dimitri Mendeleïev a constaté qu’en rangeant les éléments par masse atomique croissante (masse atomique = masse relative d’un atome), des schémas logiques apparaissent. Le classement se fait à l’aide d’un tableau (7 périodes en constituent les lignes, alors que les diverses colonnes groupent des familles d’éléments chimiquement semblables).

Pour que cette classification fût cohérente, il fut nécessaire de corriger les masses atomiques assignées à certains éléments et d’admettre des vides correspondant à des éléments encore inconnus. Les découvertes modernes ont amplement confirmé les hypothèses de Mendeleïev. De nouveaux éléments viennent désormais combler les vides et, grâce aux progrès de la physique atomique, on peut prouver l’existence des derniers éléments non encore isolés.

La réaction des chercheurs modernes devant les propriétés découvertes empiriquement à partir des modèles numériques est très différente de celle qui s’imposa jusqu’au XVIIIe siècle. Désormais, on ne les considère que comme conséquence de lois physiques relativement simples. Pour les philosophes et scientifiques du temps passé, de tels exemples de « régularité » de la nature renforçaient leur conception d’un monde beau et harmonieux.

http://carthoris.free.fr/Images/Numerologie%2015.jpgCette vision d’un univers régi par l’ « unité » et gouverné par les nombres peut aujourd’hui nous sembler naïve. Mais c’est une expression de la tendance naturelle – et du désir – des hommes de trouver l’ordre et les modèles dans tout ce qui les entoure. Les nombres ne sont pas la clé universelle, mais l’affirmation indémontrable que la nature est rationnelle et intelligible, donc la base de toutes les sciences.

Le philosophe allemand Emmanuel Kant XVIIIe siècle, adopté une position radicalement opposée. Pour lui l’esprit humain et les concepts qu’il sécrète constituent la source de l’ordre de l’Univers. Il a même prétendu que l’esprit humain ne détermine pas les lois physiques à partir de l’observation de la nature, mais qu’il les impose à la matière.

Sir Arthur Eddington, un astronome anglais, a voulu développer, au début du XX, siècle, la métaphysique kantienne. Il estimait que beaucoup de phénomènes très précis concernant l’Univers pouvaient être expliqués sans faire appel à l’expérimentation ou à l’observation, mais par le biais des mathématiques pures. Très peu de philosophes et de scientifiques épousèrent ses conceptions. La structure de l’esprit humain ne peut fournir à elle seule une explication satisfaisante des propriétés intrinsèques de l’Univers, et seule l’expérience permet d’apprécier le bien-fondé d’une théorie.

Encore plus remarquable : la nature a montré qu’elle obéissait non seulement à des lois rationnelles, mais qu’elle défendait aussi la beauté et l’esthétique. Lorsque Copernic affirma que la Terre tournait autour du Soleil (en opposition totale avec l’hypothèse géocentrique), ce n’est pas tant la vérification expérimentale, mais l’élégance de sa théorie ou son côté esthétique qui persuadèrent les penseurs de l’époque. De même Einstein élabora la théorie de la relativité à partir du principe que « le mouvement absolu » n’existe pas. Plus précisément, si deux observateurs sont en mouvement l’un par rapport à l’autre, il est impossible d’affirmer que l’un est réellement au repos alors que l’autre ne l’est pas. « On ne peut pas isoler dans R:niver,~ un exemple de repos absolu. » Einstein fut assez peu influencé dans ses recherches par des expériences telles que celle de Michelson et Morley. L’élégance et la puissance intrinsèque de la théorie de la relativité furent déterminantes pour son acceptation rapide dans les milieux scientifiques. Les lois de la nature ne devraient pas être seulement rationnelles, mais aussi élégantes : cette hypothèse métaphysique paraît exagérée. Et, pourtant, elle est constamment corroborée par les découvertes scientifiques. L’existence de nombreuses particules sub-atomiques a été suggérée par des vides dans les modèles mathématiques, comme ceux  rencontrés dans la classification périodique des éléments de Mendeleïev. La partie de, mathématiques qui est à la base de ce, travaux s’appelle la « théorie des groupes ». Elle a été axiomatisée entre les deux  guerres mondiales et elle appartient au domaine de l’algèbre pure.

Cette théorie a permis « l’intuition » des particules isolées quelques dizaines d’année plus tard.

A la vue de telles anticipations des résultats expérimentaux, en suivant les hypothèses mathématiques de la physique théorique, comment la science peut-elle différer de la numérologie ? Les scientifiques n’ont aucun à priori devant la signification symbolique des nombres. Ces derniers ne peuvent constituer le germe d’un système réducteur de compréhension de l’Univers, mais l’hypothèse sur laquelle repose la science – la nature est logique et accessible à l’esprit humain – semble aussi mystique que l’idée que les nombres sont tout.

Sources : Article G. Costa – http://www.esraonline.com/http://fibonacci-nature.blogspot.com/www.unreal-design.com/

http://www.archives-dossiers-secrets.fr

Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Rechercher sur le réseau

Votre aide est importante

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

L’allopathie est de plus en plus souvent inefficace préservant ses intérêts au détriment de la santé des patients.

Dès l’âge adulte, le corps sécrète de moins en moins de substances vitales (vitamines, enzymes, hormones) et a besoin d’un apport extérieur afin de se maintenir en bonne forme.

C’est ce que nous proposons sur notre site equilibre-et-vitalite.net , uniquement des produits exceptionnels d’efficacité.

Pages et Articles Phares