Médecine

Le tube digestif, une fenêtre ouverte sur le cerveau

Le corps humain est infiniment plus riche et complexe que ce que l’on en savait à la fin du XXe siècle. En témoignent, ici ou là, quelques publications médicales lancées dans le flux perpétuel des publications médicales et parfois remontées dans les filets des médias d’information générale. C’est précisément le cas aujourd’hui avec une spectaculaire découverte concernant les liens, jusqu’ici inconnus, pouvant exister entre notre système nerveux central et notre tube digestif.

Déduire de simples biopsies du côlon, la présence et l’importance des lésions dans le cerveau de patients atteints de la maladie de Parkinson est le dernier résultat surprenant des recherches menées par des équipes de l’Inserm à Nantes.

biopsie
Chaque être humain possède deux cerveaux ! L’un bien identifié au sommet du corps encapsulé dans la boite crânienne et un autre moins connu qui siège dans l’abdomen : le système nerveux entérique.

Il s’agit d’un ensemble de 200 millions de neurones qui contrôlent, en toute autonomie, le système digestif aussi bien pour l’activité motrice (péristaltisme et vomissements) que pour les sécrétions et la vascularisation. Cette indépendance (partielle) de ce système lui vaut le qualificatif de « deuxième cerveau ».

Ces neurones peuvent-ils être affectés par des pathologies neuro-dégénératives qui touchent habituellement les cellules nerveuses du cerveau ? La réponse est oui ! Par exemple, il est désormais clairement établi que les lésions de la maladie de Parkinson ne se limitent pas au système nerveux central mais qu’elles touchent aussi des systèmes nerveux périphériques comme le système nerveux entérique.

Cette avancée récente a permis de résoudre un problème pratique majeur dans l’étude de la maladie de Parkinson : étudier les lésions sur des patients vivants. Effectivement, alors que l’accès au système nerveux central n’est possible qu’après le décès des malades, les systèmes nerveux périphériques et notamment le système entérique présentent l’avantage de pouvoir être étudiés « in vivo ».

Les chercheurs ont donc analysé de simples biopsies du colon obtenues en routine chez 39 patients (29 atteints de la maladie de Parkinson et 10 témoins).

Forts de leur expérience dans la connaissance du système nerveux entérique, ils ont réussi à quantifier et qualifier les neurones digestifs issus des biopsies.

Chez 21 des 29 patients parkinsoniens, les chercheurs de l’Inserm ont mis en évidence des anomalies des neurones digestifs identiques aux anomalies présentes dans le système nerveux. Ils ont également pu établir un parallèle entre les lésions et les signes cliniques : l’importance des lésions étant corrélée à la sévérité de la maladie de Parkinson.

Les résultats de cette étude, publiée dans PLoS ONE, montrent pour la première fois que l’analyse du système nerveux entérique est une vraie fenêtre ouverte sur le système nerveux central. Par ailleurs, le lien observé entre les lésions et les signes cliniques représente un marqueur de sévérité intéressant pour la maladie de Parkinson.

Cette découverte de l’existence de passerelles entre ces deux systèmes nerveux vient s’ajouter à la liste des récentes découvertes (grâce aux travaux sur les cellules souches notamment) qui laissent penser que le corps humain et les éléments qui le constituent sont hautement plus «plastiques» qu’on ne le pensait jusqu’à il y a peu.

L’«âme» passée de mode, on désigna le cœur comme centre du corps humain. Puis ce centre migra bientôt vers le cerveau. On assiste aujourd’hui à une remise en cause générale des hiérarchies et des situations tenues pour définitivement figées. Une sorte de révolution copernicienne corporelle qui, a priori, est une bonne nouvelle pour la médecine du futur.

Réalisé à partir de plusieurs sources

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer la source et le site: http://www.elishean-aufeminin.com

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Elishean au Féminin

Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Rechercher sur le réseau

Votre aide est importante

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

L’allopathie est de plus en plus souvent inefficace préservant ses intérêts au détriment de la santé des patients.

Dès l’âge adulte, le corps sécrète de moins en moins de substances vitales (vitamines, enzymes, hormones) et a besoin d’un apport extérieur afin de se maintenir en bonne forme.

C’est ce que nous proposons sur notre site equilibre-et-vitalite.net , uniquement des produits exceptionnels d’efficacité.

Pages et Articles Phares