A la une Bien-Être

Le bon fonctionnement de la glande pinéale produit la véritable hormone du sommeil

A peu près tout le monde a entendu parler de la mélatonine.

Découverte en 1958 à l’Université de Yale par le dermatologue américain Aaron B. Lerner, cette première hormone identifiée dans la glande pinéale[1] a longtemps été présentée comme « l’hormone du sommeil », une aubaine pour de nombreux laboratoires qui ont mis sur le marché de la mélatonine d’origine végétale afin d’aider à l’endormissement. Ainsi que nous allons le voir un peu plus loin, le qualificatif « hormone du sommeil » n’a plus tout à fait lieu d’être depuis les récents travaux du français Jean-Bernard Fourtillan.

Synthétisée à partir de la sérotonine, neurotransmetteur produit en grande partie par l’intestin à partir du tryptophane[2], la mélatonine est une hormone centrale qui régule les rythmes chrono-biologiques ainsi que de nombreuses sécrétions hormonales. Suite à la baisse de la lumière diurne, elle est sécrétée dans le cerveau par la glande pinéale, par la rétine ainsi que par les cellules de la moelle osseuse, les lymphocytes et les cellules épithéliales. En plus de son rôle hormonal, la mélatonine est un puissant antioxydant qui protège l’ADN de toutes nos cellules et intervient également dans plusieurs mécanismes du système immunitaire[3].

Secrétée entre 22H et 6H du matin avec un pic vers 5H du matin[4], quelle que soit la saison, la mélatonine et la glande pinéale influent sur le cycle du sommeil ainsi que d’autres rythmes circadiens comme l’ont montré de très nombreuses recherches. Si elle influence bien des rythmes, la mélatonine ne gère que partiellement ceux associés au cycle du jour et de la nuit. Son taux dans le sang est directement fonction de la luminosité dans l’environnement. Il est également couplé aux stimulateurs situés dans le noyau suprachiasmatique de l’hypothalamus antérieur du cerveau, lesquels font office d’horloge biologique interne.

En utilisant des bêta-bloquants pour combattre l’hypertension, la médecine moderne freine la sécrétion de la mélatonine aussitôt que la luminosité baisse, ce qui perturbe profondément le cycle du sommeil dans toutes ses différentes phases, y compris dans le sommeil paradoxal. Dans le sillage de la mélatonine, une seconde hormone sécrétée par la glande pinéale a été découverte en 1961 par W.M. Mc Isaac : il s’agit du 6-méthoxy-harmalan, présenté comme l’hormone du jour ou l’hormone de l’état de veille. « La puissance de cette hormone psychostimulante peut être comparée à celle de drogues comme le LSD » affirme Jean-Bernard Fourtillan. Le 6-méthoxy-harmalan augmente la vigilance, la pression artérielle, le rythme cardiaque ainsi que la contraction musculaire.

temps-de-sommeil-1-630x300

Tout se joue entre 22H et 6H

Une troisième hormone produite par la glande pinéale a été découverte en 1994 par Jean-Bernard Fourtillan, pharmacien et professeur honoraire de chimie thérapeutique. Son nom : la valentonine. Entre 22H le soir et 6H le matin, les trois hormones sont produites en cascade à partir de la sérotonine, dans l’ordre, la mélatonine, le 6-méthoxy-harmatan et la valentonine. Les travaux du chercheur français ont permis de mieux comprendre le fonctionnement global de la glande pinéale et du système veille-sommeil ainsi que ses effets sur la santé et le bien-être. Ainsi, le rôle premier de la mélatonine est de protéger les neurones de la destruction par les radicaux libres qu’elle piège de manière systématique. Celui du 6-méthoxy-harmalan est de stimuler l’état de vigilance. Quant à la valentonine, véritable hormone du sommeil, elle est la clé du système veille-sommeil. Les propriétés pharmacologiques du 6-méthoxy-harmalan sont à l’opposé de celles de la valentonine[5].

Issues de la transformation de la sérotonine à partir du tryptophane, ces trois hormones sont produites entre 22H et 6H du matin, après quoi, les sécrétions de la glande pinéale prennent subitement fin. Une sécrétion insuffisante de ces trois hormones engendre des troubles du sommeil et de l’attention, des dépressions nerveuses et, plus généralement, des maladies dégénératives du système nerveux (Parkinson et Alzheimer par exemple)[6]. A l’inverse, une sécrétion excessive sera responsable de toutes sortes de troubles psychotiques.

jean bernardJean-Bernard Fourtillan

Que conclure de tout cela ? Simplement que si une personne reste éveillée pendant la période allant de 22H à 6H du matin, la production de ces trois hormones sera perturbée avec toutes les conséquences que cela sous-entend au niveau du sommeil comme de l’éveil. La mélatonine, qui seule peut être mesurée dans le plasma sanguin, apparaît pour le professeur français comme « le marqueur » de la synthèse des trois hormones. Ces travaux révolutionnaires éclairent d’un jour nouveau l’importance du coucher avant 22H, recommandation clé de l’Ayurvéda. Si besoin était, ils confirment aussi l’importance du sommeil en tant que pilier de la santé. Ils nous amènent également à nous intéresser de plus près au fonctionnement de la glande pinéale du point de vue de la science moderne comme du point de vue de l’Ayurvéda. La science moderne considère que la glande pinéale, alias hypophyse, contrôle le rythme circadien et les rythmes saisonniers de l’organisme. Elle est au cœur d’une nouvelle spécialité de la médecine, appelée « médecine circadienne ». Notons que c’est l’unique organe du corps directement relié à la dimension de l’espace-temps.

pub épitalon2

L’équilibre de la glande pinéale est essentiel

Un grand nombre de traditions spirituelles confèrent à cette glande la capacité à percevoir au-delà de la vision ordinaire. Le philosophe français René Descartes l’associait au siège de la conscience et de l’âme. Censée relier le physique et le spirituel, cette glande de la taille d’un petit pois est très sensible au stress et aux toxines[7], notamment les dérivés du fluor, ainsi qu’aux mauvaises habitudes de vie. La calcification est le plus grand danger qui la guette car cette glande est constituée à la base de cristaux d’apatite qui vibrent en fonction des ondes électromagnétiques captées.

Son fonctionnement est perturbé par de très nombreux facteurs comme l’eau du robinet contenant des dérivés du fluor[8], les dentifrices à base de fluor, les suppléments artificiels à base de calcium ainsi que toutes les nourritures industrielles (riches en phosphates de calcium) ou encore les ondes des réseaux téléphoniques mobiles et de la Wi Fi. La liste est très longue. De nombreux sites proposent des techniques pour décalcifier la glande pinéale. La plus simple consiste à suivre sur une durée limitée un régime composé essentiellement de fruits et légumes sans pesticides… Après quoi, le fonctionnement de la glande pinéale peut être stimulé sur une base régulière. Cette activation est possible avec certaines longueurs d’onde de lumière situées au-delà du spectre visible ou la simple exposition au soleil pendant une dizaine de minutes. Elles métabolisent la lumière à partir de la rétine et activent ainsi la glande pinéale. Parmi d’autres facteurs, citons la consommation de citron, d’ail noir, de vinaigre de cidre, d’iode et produits iodés, d’omégas 3 ainsi que des vitamines B3 et B12. Lorsqu’elle fonctionne correctement, la glande pinéale améliore le sommeil et prolonge la vie de 10 à 25%.

alzeimher

La maladie d’Alzheimer

Que dit l’Ayurvéda au sujet de cette glande? Explicitement, rien, ce qui ne nous surprendra plus. Implicitement, en revanche, force est de constater que les principales recommandations de la tradition védique améliorent substantiellement son fonctionnement. C’est le cas de la pratique de la méditation transcendantale.

Une recherche publiée en 1976 dans le Journal of Neural Transmission montre que pendant cette pratique, la méditation transcendantale multiplie par trois la production de sérotonine, précurseur des trois hormones du système veille-sommeil. Par ailleurs, en augmentant la cohérence des ondes alpha 1 dans le cerveau pendant et après la pratique (voir à ce sujet ), elle accroît aussi de manière substantielle la production de 6-méthoxy-harmalan, l’hormone de l’éveil. Précisons que la méditation transcendantale est la seule technique de méditation à montrer de tels effets.

procuction melatonineLa production de sérotonine est multipliée par trois (Photo MT France)

D’autres techniques antistress capables d’augmenter la production de ces trois hormones sont disponibles dans l’Ayurvéda.

Le simple fait de rire ou de sourire stimulent aussi le fonctionnement de la glande pinéale. La pratique du Shirodhara, une des nombreuses techniques composant le Panchakarma, a de puissants effets similaires à ceux obtenus avec la méditation transcendantale. Rappelons que le Shirodhara consiste à faire couler un flux constant d’huile chaude sur le front, ce qui effectue un authentique massage de la glande pituitaire et de la glande pinéale, engendrant les effets bénéfiques précités.

Autre pratique : la concentration du regard sur le troisième œil effectue aussi une sorte de massage qui englobe la glande pinéale. Le Yoga – qui associe la glande pinéale au chakra du troisième œil et à celui de la couronne, situé au sommet du crâne – ainsi que les techniques de respiration du Pranayama ont aussi des effets positifs sur son fonctionnement.

Le mode de vie sain ainsi que les routines préconisés par l’Ayurvéda vont dans le même sens, tout comme la consommation d’aliments riches en tryptophanes (noix, amandes, dattes, graines de sésame, graines de courge, etc.). Parmi les plantes et les épices connues qui détoxifient la glande pinéale, citons le Neem, le tamarin et la nigelle.

L’Ashwagandha en tant que Rasayana a les mêmes effets que la mélatonine : il protège les neurones en éliminant les radicaux libres. L’huile essentielle de santal bio est également efficace. Comme toutes les huiles essentielles, elle doit être utilisée avec beaucoup de vigilance. Elle doit être mélangée à un peu d’huile d’amande avant d’être appliquée directement sur le troisième œil. La pâte de santal appliquée sur le front par les sages en Inde vise à sa manière à atteindre l’éveil suprême.

Jo Cohen

Quelques références pour ceux qui veulent aller plus loin :

“A Fluoride-Free Pineal Gland is More Important than Ever” Paul Fassa, Wake Up World.

“Professor talks DMT research, its effects on you – and possibly your faith” Clayton Crockett, Legacy Magazine, November 13, 2012.

“Wi-Fi Health Dangers & Radiation Health Effects”, Safe Space Protection.

“How to Exhale in Pranayama” Sudha Carolyn Lundeen” Yoga Journal.

“Melatonin and Meditation” Cathy Wong, About.com Alternative Medicine, January 18, 2008.

“Ayahuasca: A Plant for Healing the Soul” Chris Kilham, Medicine Hunter, Fox News, January 5, 2011.

“An introduction to METAtonin, the pineal gland secretion that helps us access higher understanding” METAtonin Research.

“Indolethylamine N-methyltransferase expression in primate nervous tissue” Nicholas V. Cozzi, Timur A. Mavlyutov, Michael A. Thompson, Arnold E. Ruoho, University of Wisconsin School of Medicine and Public Health.

[1]Cette glande fait partie du système endocrinien qui comporte par ailleurs la glande pituitaire, l’hypothalamus, la thyroïde et la parathyroïde, l’adrénaline, le pancréas, les ovaires et les testicules.

[2]Le tryptophane est un acide aminé, précurseur de la sérotonine et des 3 hormones du système Veille-Sommeil produites dans la glande pinéale. On trouve de la sérotonine entre autre dans le chocolat de qualité, « Oméga Choco » par exemple.

[3]On trouve des quantités importantes de mélatonine dans les noix et les noisettes qu’il convient de consommer en lieu et place de suppléments industriels car elle est facilement absorbée par l’organisme. Plusieurs recherches sur des rats ont constaté que la consommation de noix entraînait une multiplication par trois du taux de mélatonine dans le sang.

[4]La production de la mélatonine est inhibée en présence de lumière.

[5]La valentonine est un activateur des neurones dopaminergiques. En cas de faible sécrétion, elle est à l’origine de la maladie de Parkinson. À l’inverse, le 6-méthoxy-harmatan est un antagoniste des récepteurs dopaminergiques. Il provoque une contraction musculaire.

[6]De nouveaux traitements pharmacologiques des maladies nerveuses à partir de la découverte de la valentonine seront disponibles sous peu affirme Jean-Barnard Fourtillan. Une Autorisation Temporaire d’Utilisation a été demandée. Elle est attendue fin 2016 début 2017. Ces nouveaux traitements n’auront pas les effets secondaires désastreux des préparations à base de benzodiazépines ou apparentés.

[7]Ce sont essentiellement le fluor, le chlore, le brome, le mercure, les pesticides, le sucre industriel, l’alcool, le café, le tabac ainsi que les suppléments à base de calcium.

[8] Citons par exemple la routine apaisante du soir qui conseille de diminuer la luminosité afin de rester dans la pénombre en vue de favoriser le production de mélatonine.

http://la-voie-de-l-ayurveda.com

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer la source et le site: http://www.elishean-aufeminin.com

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Elishean au Féminin

Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Vérifiez votre éligibilité  

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Rechercher sur le réseau

Votre aide est importante

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

L’allopathie est de plus en plus souvent inefficace préservant ses intérêts au détriment de la santé des patients.

Dès l’âge adulte, le corps sécrète de moins en moins de substances vitales (vitamines, enzymes, hormones) et a besoin d’un apport extérieur afin de se maintenir en bonne forme.

C’est ce que nous proposons sur notre site equilibre-et-vitalite.net , uniquement des produits exceptionnels d’efficacité.

Pages et Articles Phares