Tristement célèbres

La mort mystérieuse de Jean Seberg

Jean_Seberg2Jean Dorothy Seberg, née le 13 novembre 1938 à Marshalltown dans l’Iowa et morte le 30 août 1979 à Paris, est une actrice américaine qui passa une partie importante de sa carrière en France.

De son Iowa natal au Paris de la Nouvelle Vague, Jean Seberg a incarné un idéal féminin pour toute une génération.

À la fois américaine et française, elle connaît son premier triomphe avec le personnage de Jeanne d’Arc, qu’elle incarne dans le film d’Otto Preminger. De ce moment-là, le destin de Jean Seberg est scellé. De Bonjour Tristesse, de Preminger et d’après Sagan, à À bout de souffle, de Godard et avec Belmondo pour partenaire, elle devient célèbre grâce à sa fraîcheur, sa beauté et sa spontanéité.

Sa vie privée tumultueuse et son mariage avec Romain Gary ont fait d’elle, au-delà de la star, une figure de la vie culturelle des années 1960.
Elle est parmi les premières actrices à prendre des engagements politiques pour faire entendre la voix des Noirs américains alors opprimés… Sa mort mal élucidée met un point final mystérieux à son existence.

Son crime

jean sebergDès l’âge de 14 ans, elle adhère à la NAACP (National Association for the Advancement of Colored People). En 1967, de violentes émeutes raciales éclatent à Watts près de Los Angeles et font écho dans la conscience politique de Jean.

À la fin des années 1960, elle utilise sa célébrité pour des causes politiques, comme celles des Amérindiens et des Black Panthers. Elle a un temps une liaison avec le militant des Black Panthers et président de l’Organisation de l’unité afro-américaine, Hakim Abdullah Jamal, qui abandonne femme et enfants pour suivre Seberg à Paris.

Son engagement notamment financier avec le Black Panthers entraine le FBI à la mettre sur écoute et à la surveiller, dans le cadre du COINTELPRO et de l’Opération CHAOS4. Ainsi que le montrent certains documents du FBI qui ont été publiés.

Le troisième mari de Seberg était le réalisateur Dennis Berry. Le père de Dennis, John Berry, lui aussi réalisateur, était un communiste, membre éminent de la communauté des Américains exilés du maccarthysme à Paris. Tout cela avait éveillé l’intérêt des nombreuses organisations de renseignement américaines de cette période de la guerre froide.

En 1972, elle épouse en troisièmes noces, après de nombreuses liaisons, Dennis Berry, réalisateur et fils de John Berry. Elle devient dépendante à l’alcool et aux médicaments. Son divorce avec Berry n’ayant pas encore été prononcé, le mariage qu’elle contracte avec Ahmed Hasni, en 1978, n’a pas de force légale. Jean Seberg connaît des problèmes d’alcoolisme. Elle fait plusieurs tentatives de suicide aux dates anniversaires de la perte de sa fille.

Elle rencontre bientôt un homme d’un tout autre calibre en la personne de Romain Gary célèbre écrivain international. Ils vivent ensemble une belle histoire d’amour et après la naissance de leur premier enfant Diego ils se marient le 16 octobre 1963.

Tout en continuant à tourner des films inégaux, jean Seberg intensifie ses actions et ses engagements notamment en faveur des Black panthers.

Elle soutient également la cause des Indiens d’Amérique victimes, selon elle, d’un pays qui s’enfonce dans le capitalisme en oubliant ses racines.

jean seberg 3Mise à l’index par l’industrie du cinéma, c’est bientôt le F.B.I qui décide de surveiller de très près la jeune militante.

Filatures,intimidations,écoutes téléphoniques, rien ne lui est épargné.

Le comble semble atteint lorsque, enceinte de son second enfant, la rumeur prétend que le bébé est le fruit de ses amours avec un leader des « Black panthers ».

Durant l’été 1970, alors qu’elle est enceinte de sept mois et en train de divorcer de son deuxième mari Romain Gary, la chroniqueuse mondaine du Los Angeles Times révèle (sans citer son nom mais sans ambiguïté sur l’identité de l’actrice visée) sa grossesse et sa proximité avec les Black Panthers.

Un agent du FBI avait reçu de J. Edgar Hoover l’autorisation de donner de manière anonyme ces informations à la presse : il est donc très probable que le FBI soit responsable de cette divulgation, sans que la chroniqueuse ou le LA Times en aient forcément eu conscience.

Des rapports du FBI appuyant ce fait ont été publiés. Jean Seberg tente de se suicider quelques jours avant la naissance, le 23 août, de sa fille, Nina, qui meurt deux jours plus tard. Pour protéger son ancienne compagne, Gary, dans un texte retentissant, dénonce la presse à scandale et affirme que l’enfant était bien de lui.

Cette fois Jean Seberg craque. Déstabilisée, elle tombe gravement malade et accouche d’un bébé prématuré, une petite fille qui ne survit que quelques heures.

Scandalisée, Jean Seberg, décide de porter son enfant en terre dans un cercueil de verre transparent pour que les photographes puissent voir la couleur blanche de la peau de son enfant.

Après cette tragédie,les choses ne seront plus les mêmes pour l’actrice qui sombre dans une grave dépression. Ses amis s’éloignent et même ceux qu’elles a soutenus ne la suivent plus, on la juge encombrante, gênante. Son couple ne survit pas et malgré les liens forts qui l’unissent a Romain Gary,le couple divorce.

Le 30 août 1979, elle fut portée disparue et son corps fut retrouvé dix jours plus tard, enroulé dans une couverture à l’arrière de sa voiture dans le XVIe arrondissement de Paris, près de son domicile.

On trouva dans sa main un mot d’adieu.

Le rapport de police indique qu’elle a succombé à une surdose massive de barbituriques mais aussi d’alcool (8,2 g par litre de sang) et conclut au suicide au terme de l’enquête mais tout le monde à commencer par Romain Gary dénonce un crime déguisé en suicide

Pour Romain Gary qui a bien connu la jeune femme et a conservé avec elle jusqu’à la fin de sa vie des liens étroits,la vérité est ailleurs.

Pour l’ancien mari de jean , cette mort n’est pas un suicide, il accuse clairement le F.B.I d’avoir éliminé Jean Seberg supposée être un important support financier des Black panthers.

Elle est enterrée au cimetière du Montparnasse.

Son second mari Romain Gary, père de son fils Alexandre Diego, se suicida un an après la mort de Jean. Dans la lettre qu’il laissa, il écrivit : « aucun rapport avec Jean Seberg

Son assassinat

Trouvée morte à l’intérieur d’une voiture, le 8 septembre 1979, la comédienne Jean Seberg ne se serait pas suicidée, comme l’avait conclu à l’époque la police française. Selon le journal : El Pais, elle aurait été assassinée par injection d’une dose mortelle d’alcool.

Le quotidien espagnol cite le témoignage d’un garde du corps de l’actrice, Guy-Pierre Geneuil, auteur de « Ma star assassinée ».

«A la fin des années 70, elle allait souvent en Algérie. Elle était très amie de Bouteflika, ministre des Affaires étrangères et numéro 2 du régime. (..) Peu de jours avant de mourir, Jean a envoyé une lettre d’appel au secours à Romain (Gary), disant qu’elle était prise dans l’engrenage du plus grand réseau de drogue algérien.»

Le romancier en aurait fait part à Jacques Chirac, qui était un ami personnel. Mais avant que toute investigation ait pu être menée, la comédienne fut découverte à Paris, dans une voiture, «nue, avec 8 huit grammes d’alcool dans le sang. A l’intérieur du véhicule il n’y avait pas de bouteille d’alcool. Or, avec 8 grammes d’alcool, on ne peut pas marcher…»

25 ans après le mystère de cette tragique disparition reste entier et de nombreux doutes subsistent autour de l’enquête et de ses conclusions hâtives.

Triste fin pour une jeune femme qui avait choisi de vivre dans la vie réelle plutôt qu’au cinéma des choses intenses et fortes et qui aura payé de sa vie ses convictions et ses choix.

Sources :

http://www.e-torpedo.net

https://histoireetsociete.wordpress.com/

 
Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source: http://elishean.fr/aufeminin

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2014/ Elishean au Féminin



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Rechercher sur le réseau

Votre aide est importante

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don libre par PayPal ou autre.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

L’allopathie est de plus en plus souvent inefficace préservant ses intérêts au détriment de la santé des patients.

Dès l’âge adulte, le corps sécrète de moins en moins de substances vitales (vitamines, enzymes, hormones) et a besoin d’un apport extérieur afin de se maintenir en bonne forme.

C’est ce que nous proposons sur notre site equilibre-et-vitalite.net , uniquement des produits exceptionnels d’efficacité.