L'avis des Maîtres

John Lim, pasteur chinois sans frontière

3229_john-lim_440x260Chinois de troisième génération né à Singapour, missionnaire au Ghana et aumônier dans les prisons françaises, John Lim est un personnage atypique. Depuis 2008, il est le pasteur de l’Église évangélique Elim dans le 13e arrondissement de Paris. Une communauté religieuse où il développe l’esprit d’intégration. Portrait.

John Lim veut faire de sa communauté religieuse un lieu d’intégration et d’ouverture. Dans le fond, un palmier symbolisant l’oasis Elim, qui a donné son nom à l’Eglise. © Matthieu Stricot

 

John arrive dans sa Dacia blanche. Un créneau plus tard, ils nous retrouve devant la Maison des associations de solidarité (13e arr. de Paris). « Nous louons un local pour nos célébrations, explique-t-il. Nous sommes une petite Église, nous n’avons pas encore les moyens d’être propriétaires à Paris ». Le sourire ne quitte pas son visage. Calvitie affirmée, lunettes ovales et visage rondouillard, John présente un caractère jovial. Le pasteur nous conduit à l’étage. Pas de réservation de la salle de la célébration ce jeudi. Nous nous asseyons confortablement sur les canapés du hall. John est le pasteur de l’Église évangélique Elim. « Le nom vient d’une citation de la Bible (Exode 15 verset 27), lorsque le peuple de Dieu, errant dans le désert, finit par trouver un oasis qu’ils appellent Elim », explique-t-il.

Une oasis donc, mais aussi « une famille sans frontière ». C’est du mois ce que l’on peut lire sur le site de la communauté. « Dieu ne cible aucune communauté, affirme John. Je suis content d’accueillir des Chinois, des Africains, des Antillais, des Laotiens, des Cambodgiens, Taiwanais, des Malaisiens et des fidèles originaires de Singapour ». Si l’Église Elim ne compte pas plus de 70 fidèles, elle ne manque pas de diversité. À l’image de son pasteur qui n’a cessé de bourlinguer.

John est né en 1971 à Singapour, dans une famille chinoise de confession bouddhiste. « Comme tous les pères chinois, mon père était distant. Je cherchais de l’affection et il manquait un sens dans ma vie. Je l’ai trouvé quand j’ai compris qui était le Christ, à l’âge de 19 ans. J’ai trouvé de la chaleur humaine dans le christianisme. Depuis, j’essaie de reproduire cette chaleur ». Sa vocation était toute trouvée. John est devenu pasteur à 22 ans après avoir été formé à l’École biblique des assemblées de Dieu de Singapour (AGBC).

Un pasteur international

Après avoir officié pendant quatre ans dans son pays de naissance, le pasteur s’envole comme missionnaire au Ghana pendant six ans. « Là-bas, je me suis rendu compte qu’il n’y avait pas de différence entre les Chinois et les Africains en terme de valeurs dans la société. » C’est aussi là-bas qu’il a rencontré sa femme, elle aussi Singapourienne d’origine chinoise. Un parcours qui l’a finalement mené en France. « Aujourd’hui, je me sens toujours international mais de plus en plus Français ». Mais avant d’officier en France, il a dû suivre un stage d’intégration de trois ans. John étudie pendant deux ans à la faculté de théologie de Vaux-de-Vincennes puis un semestre à l’Institut Catholique de Paris.

Il devient pasteur de l’Église Elim en 2008, prenant la suite d’un autre Singapourien. John a apporté sa touche en insistant sur l’ouverture : « J’ai mis en valeur le côté intégration et le côté francophone, raconte-t-il. La différence ne m’effraie pas. Elim est une Église d’immigrés, pas l’Église d’une communauté ». Mais il se confronte à des difficultés : « Il est très difficile de faire comprendre aux gens que la foi dépasse la race ou l’origine. C’est un défi permanent ». De plus, cette philosophie est à double tranchant : « Les sinophones ne sont généralement pas attirés par l’évolution. Mais je ne suis pas là pour faire plaisir à une communauté particulière », assume-t-il. Ses célébrations se font en trois langues : français, anglais et chinois mandarin. D’ailleurs, quand son répondeur vous demande de lui laisser un message, il le fait dans ces trois idiomes.

Un culte sans balise

La limite n’existe pas non plus dans le culte. « J’aime le côté pentecôtiste mais aussi le côté traditionnel », révèle le pasteur. Je cherche l’équilibre ». Sa motivation : « Les jeunes en ont assez de rester dans le milieu de leurs grands-parents. En rentrant dans une Église, ils arrivent à se distinguer. » John veut éviter tout blocage dans l’évolution de sa communauté religieuse : « L’évolution des Églises évangéliques chinoises est freinée par le besoin de consensus, difficile à obtenir dans la culture asiatique. Chez nous, il est très gênant de donner son avis, car répondre « non » à un avis équivaut à répondre « non » à la personne qui le formule ». Compliqué, quand on sait que le succès des Églises évangéliques repose sur leur dynamique.

Porter la foi en prison

La langue et le culte ne sont pas les seules frontières que franchit John. Le pasteur passe aussi de l’autre côté des barreaux. « Je suis le seul aumônier protestant chinois de France », révèle John. A titre bénévole, il officie à la Maison d’arrêt de Fresnes ainsi qu’à la Prison de la Santé. « L’aumônerie me permet d’entrer en contact avec des gens qui ne croient en rien. Je m’attache à leur faire connaître l’Évangile à partir de ma foi personnelle », confie le pasteur.

S’il le pouvait, John Lim renverserait certainement toutes les barrières. Il n’a en tout cas pas hésité à passer du réel au virtuel : « Comme toutes les Églises évangéliques, l’Église Elim est sur les réseaux sociaux », précise-t-il. Dynamique, moderne et sans frontière. John est un religieux du XXIème siècle.

SOURCE : http://www.lemondedesreligions.fr

SITE de L’Église Évangélique ÉLIM
 
Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source: http://elishean.fr/aufeminin

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2014/ Elishean au Féminin



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Rechercher sur le réseau

Votre aide est importante

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don libre par PayPal ou autre.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

L’allopathie est de plus en plus souvent inefficace préservant ses intérêts au détriment de la santé des patients.

Dès l’âge adulte, le corps sécrète de moins en moins de substances vitales (vitamines, enzymes, hormones) et a besoin d’un apport extérieur afin de se maintenir en bonne forme.

C’est ce que nous proposons sur notre site equilibre-et-vitalite.net , uniquement des produits exceptionnels d’efficacité.

Pages et Articles Phares